Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il faut relâcher la bride" : un épidémiologiste appelle à alléger consignes sanitaires et gestes barrière

-
Par , France Bleu Paris

Martin Blachier, épidémiologiste à Paris, juge qu'il faut relâcher les gestes barrière, comme le port du masque en permanence au bureau. Invité de France Bleu Paris ce jeudi, il estime qu'il faut maintenir les mesures "réalistes" et "laisser tomber celles qui ne sont pas tenables dans le temps".

Selon Martin Blachier, épidémiologiste et médecin de santé publique, il faut "laisser tomber" les gestes qui ne sont pas "tenables dans le temps", comme le port du masque au bureau toute la journée
Selon Martin Blachier, épidémiologiste et médecin de santé publique, il faut "laisser tomber" les gestes qui ne sont pas "tenables dans le temps", comme le port du masque au bureau toute la journée © Radio France - Alia Doukali

Un mètre de distance, port du masque obligatoire dans les transports ou au travail... Ces gestes font désormais partie de notre quotidien

Pour autant, des voix s'élèvent, y compris dans la communauté médicale, pour réclamer l'allègement des consignes sanitaires et des mesures barrière.

Invité de France Bleu Paris ce jeudi 11 juin, Martin Blachier, épidémiologiste à Paris, explique qu'il faut relâcher les gestes barrière.

"Pas de raison d'attendre pour relâcher la bride"

"_Le niveau de circulation virale n'a jamais été aussi bas_, même s'il a un peu augmenté par rapport au confinement. On peut difficilement dire qu'on est peut être encore plus sous contrôle. Il y a des sujets à traiter pour l'avenir, mais là l'épidémie ne fait que décroître", explique Martin Blachier.

On peut difficilement dire que la situation peut être encore plus sous contrôle - Martin Blachier, épidémiologiste

Pour l'épidémiologiste, il n'y a donc aucune raison de ne pas relâcher les gestes barrière : "La seule hypothèse qui pourrait nous faire attendre, c'est que le virus disparaisse complètement. Or, tout le monde est d'accord pour dire qu'il est toujours là, il n'y a donc pas de raison d'attendre avant de relâcher la bride."

Fixer "une ligne rouge" pour ne pas relancer la propagation du virus

Pour Martin Blachier, ce relâchement ne veut pas pour autant dire s'exempter de tous les gestes barrière. Il faut selon lui "fixer une ligne rouge comme les grands rassemblements."

"Pour moi, porter un masque toute la journée quand vous êtes au bureau, c'est impensable et c'est superflu. En revanche, porter un masque dans les transports en heure de pointe est à maintenir. Il faut maintenir ce qui est réaliste : ce qui n'est pas tenable dans le temps, il faut laisser tomber", insiste l'épidémiologiste.

Il faut maintenir les mesures barrière réalistes : il faut laisser tomber ce qui n'est pas tenable dans le temps - Martin Blachier, épidémiologiste

Si l'épidémie repart à la hausse dans les prochains mois, Martin Blachier évoque "un plan pour la population fragile en particulier", sans pour autant un isolement "trop important". Il propose par exemple d'imposer "le port du masque, d'éviter de fréquenter certains endroits et de mettre en place tout un dispositif pour les Ehpad."  

_"_Si jamais le virus re-circule trop, on ne pourra pas tout rebloquer, ce sera trop douloureux", estime l'épidémiologiste.

Martin Blachier, épidémiologiste à Paris, invité de France Bleu Paris ce jeudi 11 juin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess