Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : il faut se préparer à devoir être vaccinés tous les ans

-
Par , France Bleu Bourgogne

La vaccination contre la Covid-19 s'ouvre, ce lundi, à tous les adultes sans aucune distinction, avec deux semaines d'avance sur le calendrier imaginé par le gouvernement. Objectif : 30 millions de vaccinés à la mi-juin. En Côte-d'Or, plus de 38% de la population est vaccinée au moins une fois.

Stéphane Pepe est médecin généraliste à Dijon
Stéphane Pepe est médecin généraliste à Dijon © Radio France - Arnaud Racapé

En Côte-d'Or, d'après les derniers chiffres disponibles, on en est à 38,5% de vaccinés chez les plus de 18 ans. C'est toujours un peu mieux que la moyenne nationale. Avec l'ouverture à tous les adultes sans distinction, le rythme devrait s'accélérer encore un peu. Une bonne nouvelle pour tous les praticiens du département, pleinement mobilisés pour réussir ce défi. 

Une troisième dose pour les immunodéprimés

Pour Stéphane Pepe, médecin généraliste à Dijon, c'est d'autant plus important que l'incertitude règne sur la suite : devrons-nous être vaccinés chaque année ? "Je pense qu'il faut s'y préparer. Il faut attendre les études, peut-être y aura-t-il des variants nouveaux ? Peut-être les vaccins actuels auront-ils une efficacité moindre ?" 

Se préparer également à une troisième dose dès les semaines à venir ? Pour la population générale, c'est encore flou, mais "on le prévoit déjà chaque fois que quelqu'un se vaccine, et quand on s'aperçoit que le patient reçoit un traitement immunosuppresseur ou une maladie nécessitant une troisième dose, en général on prévoit une troisième dose."

La solution en attendant, c'est de vacciner le plus possible, et le plus vite possible : cela passera par la vaccination des plus jeunes, d'après Stéphane Pepe. "Je pense qu'afin de limiter la propagation du virus, il faudra vacciner la plus grande partie de la population. Certes ce sont de jeunes patients moins sujets à l'infection, mais il faut arriver à un certain pourcentage de vaccinés pour arriver à étouffer ce genre d'épidémies."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess