Santé – Sciences

Il n'a jamais servi : l'hôpital de Cherbourg se sépare de son caisson hyperbare

Par Julien Pasqualini, France Bleu Cotentin mercredi 25 juin 2014 à 19:35

Le caisson hyberbare de l'hôpital de Cherbourg, qui pèse douze tonnes, a été soulevé par deux grues
Le caisson hyberbare de l'hôpital de Cherbourg, qui pèse douze tonnes, a été soulevé par deux grues © Radio France

L'hôpital Pasteur de Cherbourg vient de céder son caisson hyperbare, qui sert à prendre en charge les plongeurs après un accident, à un club de plongée breton. En douze ans il n'a pas été utilisé une seule fois, pour des raisons de coûts trop élevés.

Cela faisait douze ans qu'il prenait la poussière au quatrième étage de l'hôpital Pasteur de Cherbourg. Le caisson hyperbare, hérité de l'hôpital des Armées après sa fermeture, a définitivement quitté le Cotentin ce mercredi.

L'installation, qui sert à prendre en charge les plongeurs après un accident, a été cédée gracieusement à un club de plongée de Trébeurden, dans les Côtes-d'Armor. Ce dernier n'a pris en charge que les frais de déménagement, soit 12 000 euros. L'opération spectaculaire a mobilisé d'importants moyens, notamment deux grues et un semi-remorque pour réceptionner et transporter le caisson.

Un caisson trop cher à entretenir

Pour l'hôpital Pasteur, ce caisson était devenu trop encombrant. Et pas seulement parce qu'il pèse douze tonnes, mais aussi et surtout parce que sa mise en service nécessite la mobilisation de six médecins anesthésistes réanimateurs 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce qui représente un coût d'un million d'euros par an.

Du coup, faute de moyens, l'établissement ne l'a jamais fait fonctionner. "Ca ne pose pas de problème en terme de sécurité , assure Benoît Gautier, le directeur adjoint de l'hôpital. En cas d'accident de plongée, la victime peut être transportée à Brest, seule ville du nord-ouest à disposer d'un caisson hyperbare. Depuis Cherbourg, il faut une heure en hélicoptère, ça n'est pas trop long ".