Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il ne faut pas oublier le cancer du sein" : la prévention continue malgré le Covid-19

-
Par , France Bleu Berry

C'est la dernière semaine d'Octobre rose, le mois de sensibilisation pour lutter contre le cancer du sein. L'épidémie de Covid-19 a contribué à ralentir le nombre de dépistages effectués.

Octobre Rose pour sensibiliser au cancer du sein
Octobre Rose pour sensibiliser au cancer du sein © Radio France - Victor Vasseur

"Le cancer du sein reste là. Il fait 12.000 morts par an en France". Le constat est posé par Marine Cousset, la présidente de Flamme en rose Berry. L'association se mobilise et multiplie les actions pour inciter les femmes à se faire dépister. La pandémie de Covid-19 a tendance à occulter toutes les autres maladies et pathologies. "On voit que plusieurs cancers n'ont pas été diagnostiqués dans cette période. Les gens sont restés chez eux, n'ont pas été faire les dépistages auxquels ils sont invités, ils n'ont pas été voir de professionnels de santé. C'est vraiment une période particulière", ajoute-t-elle sur l'antenne de France Bleu Berry.

Des retards dans les dépistages 

La Ligue nationale contre le cancer a prévenu : en France, près de 30.000 cancers n'ont pas pu être diagnostiqués cette année à cause du ralentissement des dépistages. "Sur le Berry, on n'a pas encore de chiffres exacts. Mais les professionnels de santé nous disent que des femmes ne se font pas dépister alors qu'elles sont invitées", confirme Marine Cousset. "Il y a eu le confinement et puis après on en a très peu parlé. On était totalement effacé des radars avec le Covid-19. On lance aussi un cri d'alarme. On a vraiment peur face à cette situation. Ce n'est pas simple, on voit que les femmes repoussent le moment où il faut consulter les médecins", poursuit la présidente de l'association Flamme en rose.

Et pourtant, dépisté à temps, on guérit du cancer du sein dans 87% des cas. "La prévention et le dépistage, c'est la première clé de la guérison sur un cancer du sein. Un dépistage réellement précoce aide à ce qu'on puisse guérir. À partir de 20 ans, il faut avoir un suivi régulier par un médecin généraliste, une infirmière ou un gynécologique. Il faut une palpation des seins annuelle. Et puis les femmes peuvent faire une auto-palpation. On insiste beaucoup sur ça", insiste à juste titre Marine Cousset.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess