Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TEMOIGNAGE - Thirsa, 28 ans, l'une des premières malades alsaciennes du coronavirus

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Thirsa Binder, 28 ans, habitante d'Hésingue (Haut-Rhin) a été une des premières personnes atteintes du coronavirus fin février 2020 en Alsace. Hospitalisée à l'époque à Strasbourg avec ses deux enfants, elle témoigne un an après sur France Bleu Alsace.

Thirsa Binder en compagnie de ses deux enfants.
Thirsa Binder en compagnie de ses deux enfants. © Radio France - Patrick Genthon

Thirsa Binder, jeune femme de 28 ans et mère de deux enfants, a été l'une des premières personnes infectées par le coronavirus fin février 2020 dans le Haut-Rhin. Ses deux enfants, âgés de 1 an et demi et 5 ans présentaient aussi de fortes fièvres. Tous trois ont été hospitalisés le 29 février 2020 au centre hospitalier universitaire (CHU) de Strasbourg.

La maladie suscitait à l’époque beaucoup d’interrogations et la famille a eu le sentiment d’être épiée "comme des bêtes curieuses". On lui a posé beaucoup de questions sur les réseaux sociaux. "Les gens me parlaient de leurs symptômes et ils s’attendaient à ce que je leur dise s'ils avaient le coronavirus", explique Thirsa Binder.

Elle se souvient aussi de la réaction de voisins qui passaient à proximité de ses fenêtres, de journalistes aussi « qui souhaitaient à tout prix faire des photos de la famille ou de mon mari à la fenêtre de notre appartement ».

Retour difficile de l'hôpital, faute d’ambulance

La prise en charge s’est effectuée au centre hospitalier universitaire de Strasbourg. Sa fille d'1 ans et demi était asthmatique et les médecins ne savaient pas quel traitement proposer. "Sur place ce n’était que de la surveillance, des radios et du Doliprane en cas de douleur", se rappelle-t-elle.

Elle se souvient aussi du retour de l’hôpital qui a été difficile "aucune ambulance ne voulait nous prendre en charge". Thirsa Binder s’est retrouvée ensuite en quarantaine pendant un mois, puis il y a eu le premier confinement, qui a été "une période difficile  psychologiquement."

Aujourd’hui, elle ressent encore des symptômes de la maladie, comme de la tachycardie, de la fatigue et des douleurs parfois à la mâchoire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess