Santé – Sciences

Ils ont choisi de donner leurs corps à la science

Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou lundi 31 octobre 2016 à 5:30

Environ cinquante corps sont donnés chaque année à la faculté de médecine de Poitiers (photo illustration)
Environ cinquante corps sont donnés chaque année à la faculté de médecine de Poitiers (photo illustration) © Maxppp - maxppp

Une cérémonie se tient chaque année à la Toussaint sur la stèle des "généreux donateurs" du cimetière de la Pierre-Levée à Poitiers, en hommage à ceux qui donnent leur corps à la science. Ces dépouilles servent au travail des chercheurs et des étudiants.

La stèle est installée près de l'entrée du cimetière de la Pierre-Levée, recouverte de plaques du souvenirs, de fleurs posées devant cette phrase "A nos généreux donateurs". Chaque année à la Toussaint, des familles et des étudiants en médecine viennent se recueillir un instant, en hommage à ceux qui donnent leurs corps à la science.

La Faculté de médecine de Poitiers reçoit environ cinquante corps par an, selon Jean-Pierre Riché, anatomiste et directeur du centre du don du corps. Les dépouilles permettent aux chercheurs d'avancer leurs travaux et aux étudiants de pratiquer sur des humains.

Pratiquer sur des corps nous permet de progresser" - Antoine, étudiant en médecine

Ces jeunes, futurs médecins, "gagnent aussi en humanité" selon Antoine, en 3ème année "car ça nous permet de nous poser des questions éthiques, sur la mort, sur le respect du corps humain".

Pendant la cérémonie, des familles de donateurs s'approchent et déposent des fleurs sur la stèle. Danièle a perdu son père il y a un an. Agé de 97 ans, il avait choisi depuis très longtemps de donner son corps à la médecine et engagé les démarches.

Il était habitué à donner beaucoup pour la science. C'était dans la lignée de sa vie" Danièle, fille d'un donateur

Cet homme avait prévenu ses enfants. Mais le moment venu, des membres de la famille ont regretté l'absence de funérailles et de cérémonie d'adieu, même si c'était la volonté du défunt. Car le don se réalise en tout anonymat.

Ecouter aussi : Jean-PIerre Riché, directeur du centre du don, invité à 8h10.

Partager sur :