Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Indre-et-Loire : 400 personnes ignorent leur séropositivité

mercredi 4 juillet 2018 à 14:34 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

L'Indre-et-Loire est le département de la Région Centre où l'on enregistre le plus de malades ignorant leur séropositivité. Il y a moins de prévention, et la maladie fait moins peur.

Le ruban rouge du Sidaction
Le ruban rouge du Sidaction © Maxppp - Sylvie Cambon/Midi Libre/Maxppp

Indre-et-Loire, France

La région Centre-Val de Loire est  la 2ème région française où l'on découvre le plus de nouveaux cas de VIH selon Santé Publique France (la première région étant l'Ile-de-France). Dans notre région, 2.847 patients hommes et femmes étaient suivis pour une infection par le VIH en 2017, soit une progression de 6,7% en un an (101 personnes dépistées en 2017). 

Il y a toujours un tabou de la maladie grave alors qu'on a tout intérêt à se faire dépister. C'est une maladie désormais qui se traite très bien. Guillaume Gras, infectiologue au CHRU de Tours

Les médecins sont surtout inquiets par les centaines de personnes infectées par le VIH et qui l'ignorent. Sur l'ensemble de la région Centre-Val-de-Loire, on estime qu'elles seraient un peu plus de 800. L'Indre et Loire est le département le plus touché avec 400 personnes ignorant leur séropositivité (230 pour le Loiret). Selon le docteur Guillaume Gras, médecin infectiologue au CHRU de Tours et président du COREVIH  (Comité de Coordination Régionale de Lutte contre l'Infection due au Virus de l'immunodéficience Humaine)  les explications sont nombreuses mais ce public non dépisté est difficile à atteindre. Les messages de prévention, on en fait de moins en moins. La maladie fait aussi moins peur.