Santé – Sciences

Indre-et-Loire : 6400 naissances en 2015, soit une baisse de 4%

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine vendredi 30 septembre 2016 à 10:53

En 2015, 300 femmes de 40 ans et plus ont accouché d'un enfant en Indre-et-Loire
En 2015, 300 femmes de 40 ans et plus ont accouché d'un enfant en Indre-et-Loire © Maxppp - PQR

Le nombre de naissances en Indre-et-Loire est stable selon les chiffres de l'INSEE. Un peu plus de 6 400 bébés sont nés en 2015 contre un peu plus de 6 700 en 2014. 5% des naissances sont des naissances tardives, c'est à dire des bébés dont les mères ont 40 ans et plus.

Le nombre de naissances est en baisse en Indre et Loire, moins 4% en 2015 par rapport à 2014. C'est plus qu'au niveau national, où la baisse n'est que de 2,4%.

C'est le résultat des chiffres publiés hier par l'INSEE. En 2015, près de 800 000 bébés sont nés en France, soit 20 000 de moins qu'en 2014. Plus de 6400 bébés sont nés dans le département, contre un peu plus de 6700 en 2014.

Ce qui marque dans cette étude, ce sont les naissances tardives, c'est à dire les naissances d'enfants dont les mères ont 40 ans et plus. L'an dernier, cela concernait une mère sur 20. Une tendance qui se retrouve aussi chez nous en Indre-et-Loire.

Contrairement à une idée reçue, le nombre de naissances tardives est stable

Comme au niveau national, 5% des mères qui ont accouché l'an dernier en Indre-et-Loire avaient 40 ans ou plus ! Cela représente 300 naissances, soit à peu près le même nombre que l'année précédente. Contrairement à une idée reçue donc, ces naissances tardives ne sont pas plus nombreuses qu'avant. Après avoir fortement décrus de l'après guerre jusqu'aux années 80, elles ont finalement retrouvé leur niveau de 1948.

Alors pourquoi toutes ces naissances tardives ?

Pour comprendre, il faut regarder notre époque. Aujourd'hui le niveau scolaire est plus élevé, les études sont plus longues, la vie active démarre donc plus tard et le bébé arrive forcément plus tard lui aussi. A noter également aujourd'hui, la médecine qui a fait de gros progrès et qui sait mieux gérer ces naissances tardives.

La médecine pourtant, ne peut pas tout. Les risques de complication sont plus importants quand la mère a 40 ans ou plus : risque de prématurité pour le bébé ou même de décès en couches pour la maman.