Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : la guerre des œufs aura-t-elle lieu en Indre-et-Loire ?

-
Par , France Bleu Touraine

Les stocks d’œufs dans les magasins, grandes surfaces ou boutiques de proximité sont pris d'assaut par les clients. Pourtant, à ce jour, les producteurs et les distributeurs ne craignent pas la pénurie d’œufs.

Les œufs sont rationnés dans certains magasins
Les œufs sont rationnés dans certains magasins © Radio France - Christine Martinez

Va-t-on assister à une guerre des œufs? Les achats d’œufs dans les magasins de proximité et les grandes surfaces explosent carrément depuis le début de la période de confinement. A tel point que des commerces ont décidé de rationner les achats des boîtes d’œufs. De leur côté, les producteurs locaux s'organisent pour faire face car les consommateurs n'ont jamais eu autant besoin d’œufs pour se faire la cuisine pendant le confinement.

Des achats de folie la semaine dernière

Dans les magasins Biocoop de Chambray-les-Tours et de Tours-Nord, les premiers jours de confinement ont donné lieu à des achats de folie. Les clients repartaient avec des stocks de 40 à 50 œufs, le gérant des deux magasins a donc décidé de rationner les achats pendant quelques jours. On ne pouvait donc plus acheter que deux boîtes de 6 ou une boîte de 15, sauf si on faisait les courses en double, pour une personne âgée par exemple. Samedi dernier, Biocoop est revenu à des ventes normales sans rationnement. 

Pas de risque de pénurie

En ce moment, la majorité des grandes et moyennes surfaces d'Indre-et-Loire pensent qu'elles font le double, voire le triple des ventes d’œufs habituelles. Y-aura-t-il pour autant une pénurie? "Non", répond Brice Robin, un producteur et négociant en œufs de la commune d'Abilly. "Les œufs, pour lui, c'est l'impulsion du moment" et çà va se réguler dans les prochaine semaines". Il vend 80 000 œufs par semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu