Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Indre-et-Loire : le nombre de cas de bébés secoués en nette baisse depuis le lancement de la campagne de sensibilisation

vendredi 13 juillet 2018 à 5:32 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

Lancée en février 2017, la campagne d'information sur le syndrome des bébés secoués semble avoir fait effet sur les parents et les assistants maternels. 14 cas avaient été recensés par le Parquet de Tours en 18 mois en 2015-2016. Un seul cas a été identifié depuis, en janvier 2017.

L'affiche de cette campagne de communication face aux risques de bébés secoués
L'affiche de cette campagne de communication face aux risques de bébés secoués - @Conseil départemental d'Indre-et-Loire

Indre-et-Loire, France

Le conseil départemental d'Indre-et-Loire et le Parquet de Tours viennent de tirer un bilan de l'opération conjointe sur le syndrome des "bébés secoués". En 2015-2016, 14 cas avaient été identifiés en Indre-et-Loire. Six nourrissons étaient décédés, huit avaient subi des séquelles irréversibles. Sur ces 14 cas, la moitié étaient dus aux parents, l'autre moitié causés par des assistantes maternelles. Une nounou a d'ailleurs été condamnée à trois ans de prison avec sursis en janvier 2018 pour des faits remontant à 2015. "On n'a jamais voulu ça" disent le ou les auteurs des faits, devant la justice. Pour autant, le mal est fait. Le fait de secouer un enfant violemment entraîne des lésions au cerveau irréversibles.

L'enfant victime : toujours entre 0 et 9 mois, plutôt un garçon

La substitut du procureur de Tours en charge des mineurs Cécile Ancelin, avaient lancé ce projet de campagne d'information auprès des parents, des professionnels de la petite enfance et des médecins, pour inverser cette tendance car le nombre de cas augmentait depuis quelques années. 18 mois après la signature de cette charte départementale de prévention du syndrome des bébés secoués, un seul cas a été identifié par la justice tourangelle. "Il peut y en avoir eu d'autres" précise Cécile Ancelin, "car des parents ont pu quitter l'Indre-et-Loire juste après la naissance par exemple. En revanche, on peut se dire qu'un homme averti en vaut deux et que plus on martèle ce message là aux parents et aux professionnels de l'enfance, plus il a une chance d'être entendu".  

Les 4.785 nounous agréées en Indre-et-Loire sont désormais formées sur la question

Les professionnels de la PMI, la protection maternelle et infantile du conseil départemental, ont été invités à faire de l'information auprès des parents dès la naissance de l'enfant. Les médecins, sages-femmes, les puéricultrices travaillent aussi sur la prévention, notamment dans les maternités. Le conseil départemental apporte par ailleurs une formation sur le sujet à ses 4.785 assistantes maternelles agréées et à ses 522 assistants familiaux. Viennent s'ajouter des plaquettes d'information, des flyers, ou encore un paragraphe dans le nouveau carnet de santé.