Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : les demandes d'admission ont baissé dans les Ehpad

-
Par , France Bleu Touraine

C'est l'une des conséquences de la Covid-19 depuis plus d'un an, les listes d'attente pour les admissions en maison de retraite médicalisée (Ehpad) se sont réduites considérablement. Les familles ont semble-t-il peur d'envoyer leur aîné en établissement par crainte d'un nouvel épisode sanitaire.

Photo d'illustration d'un EHPAD
Photo d'illustration d'un EHPAD © Radio France - Noémie Guillotin

Les demandes d'admission dans les Ehpad sont en nette baisse en Indre-et-Loire. C'est le constat qu'à pu faire France Bleu Touraine auprès de plusieurs directeurs d'établissement. On le sait, la crise sanitaire a été douloureuse pour les familles des personnes âgées fragiles et résidentes dans une maison de santé médicalisée du département. Le bilan de l'Agence régionale de santé en Centre-Val de Loire est de 1.614 décès dont 375 en Indre-et-Loire.

L'Ehpad Debrou à Joué-les-Tours est l'un des établissements qui a été le plus touché des 58 structures que compte le département. En un peu plus d'un an, 44 résidents sont décédés de la Covid-19.

Des logements toujours inoccupés

Dans cet établissement qui compte 240 résidents, une trentaine de lits sont à ce jour vacants même si le taux d'occupation remonte tout doucement explique le directeur de Debrou, Abdelkabire Essalhi, "nous avons une dizaine de dossiers d'admission par semaine à l'étude, ce qui correspond quasiment à moitié moins que l'année 2019. Les familles ne réclament  pas forcément une demande d'admission aussi rapidement qu'il faudrait. J'ai remarqué que les personnes qui devraient normalement entrer dans notre établissement restent chez elles. Pour celles qui entrent, il arrive fréquemment qu'elles décèdent quelques jours après leur arrivée car elles auraient eu besoin de soins beaucoup plus tôt".

Ce constat  de la réduction du nombre d'admissions, Isabelle Sabadotto de la Mutualité Française en Centre- Val de Loire le fait également. Cet organisme qui gère plusieurs Ehpad s'en ai rendu compte notamment à la "maison de Beaune" à Ballan-Miré. seulement quatre dossiers en attente au lieu de 50 en temps normal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess