Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Indre-et-Loire : les dépistages du cancer colorectal largement insuffisants pour diminuer le nombre de morts

lundi 4 mars 2019 à 5:52 Par France Bleu Touraine, France Bleu Touraine

Mois de mobilisation contre le cancer colorectal. Ce cancer souvent oublié ou mis de côté est le troisième le plus fréquent avec 45 000 nouveaux cas par an. C'est le deuxième cancer le plus mortel. Et les tourangeaux boudent le dépistage pourtant primordial pour guérir.

Test de dépistage du cancer coloréctal
Test de dépistage du cancer coloréctal © Maxppp - Claude Prigent/PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Indre-et-Loire, France

Ce mois de mars est le mois bleu, de mobilisation nationale contre le cancer colorectal. Ce cancer souvent oublié ou mis de côté est le troisième le plus fréquent avec 45 000 nouveaux cas par an. C'est le deuxième cancer le plus mortel. Le centre régional de coordination des dépistages des cancers met en place une campagne pour sensibiliser au dépistage. 

Seulement 38,2% des tourangeaux pratiquent le dépistage et la docteure Somani Sengchanh qui coordonne les opérations de sensibilisation, alerte sur la nécessité d'y participer.

"C'est vraiment un enjeu de santé publique." 

Le dépistage s'adresse aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans. C'est un test à faire à domicile, avec un seul prélèvement à faire sur les selles, "c'est facile, c'est dans un petit tube" ajoute la médecin. "On a environ 4% de tests positifs, donc il y a 96% des personnes qui sont rassurées. Il faut juste renouveler la démarche tous les deux ans jusqu'à 74 ans."

Un cancer qui peut être combattu, mais un dépistage boudé

Le cancer colorectal peut être prévenu et guérit. La détection de lésions pré-cancéreuses permet d'éviter le cancer. Mais les tourangeaux boudent le dépistage. "Le mot cancer fait souvent peur. Le fait que ce soit les intestins c'est une zone où on aime pas trop en parler. C'est le côté faire un prélèvement sur ses selles qui peut être une démarche qui repousse. Mais c'est surtout important de dire aux gens que le test est simple. Certaines personnes ont l'impression que le test, c'est la coloscopie direct. Mais le test pour 80% de la population c'est le test à faire à domicile sur les selles tranquillement donc ce n'est pas invasif" dépeint la docteure. 

"On a peu d'adhésions à ce dépistage" révèle la professionnelle de santé. En effet, sur l'Indre-et-Loire, 38,2% de personnes procèdent au dépistage. "Et ce n'est pas assez" dit Somanie Sengchanh. Elle ajoute que "pour qu'on voit une efficacité de ce dépistage sur la mortalité _il faudrait qu'il y ait au moins 50% des personnes qui participent_. On sait qu'on a du mal à convaincre sur ce dépistage"

"Je pense qu'il y a aussi une méconnaissance car c'est quand même un cancer qui est très très fréquent et que c'est la deuxième cause de mortalité par cancer. Plus on agit tôt, plus on a des chances de guérison. Neuf fois sur dix on a des chances de guérir de son cancer si on est pris à un stade précoce. Donc il y a vraiment un intérêt à le faire le plus précocement possible."