Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : les hôpitaux de Chinon et Loches sous surveillance financière de l'Agence régionale de santé

-
Par , France Bleu Touraine

Les déficits des hôpitaux de Chinon et Loches conduisent l'Agence régionale de santé à engager un plan de retour à l'équilibre. Des postes seront supprimés. "On ne voit pas le bout du tunnel" dit un délégué Force Ouvrière de l'hôpital de Chinon.

L'entrée de l'hôpital de Chinon, touché par un plan d'économies par l'ARS
L'entrée de l'hôpital de Chinon, touché par un plan d'économies par l'ARS - @GoogleStreetView

Les hôpitaux de Chinon et de Loches se retrouvent en ce début d'année 2020 sous surveillance financière. La directrice de l'hôpital de Chinon a annoncé aux syndicats mardi 21 janvier la contractualisation avec l'Agence régionale de santé d'un "plan de retour à l'équilibre". L'ARS demande à chaque hôpital d'engager un plan d'économie. On parle là d'un assainissement des comptes, car ils sont "en situation de déficit" écrit l'ARS. Quel déficit? On l'ignore pour l'instant. Quelle est l'ampleur des économies à faire? Idem, pas de réponse pour l'instant. 

Il y aura des suppressions de postes à Loches et Chinon

La particularité de ce plan, c'est que l'Agence régionale de santé va mettre son nez régulièrement dans les comptes dans les hôpitaux de Loches et Chinon, pendant au moins six mois, pour vérifier que les efforts sont bien faits. "Il est trop tôt pour parler du nombre de postes concernés" écrit l'ARS. Comprenez, il y aura des postes supprimés, mais on ne sait pas combien précisément. Force Ouvrière-Santé de l'hôpital de Chinon parle elle de trois postes de titulaires qui vont disparaître : "un poste de communication et deux postes d'infirmières suppléantes, qui viennent en renfort en cas d'absence maladie notamment". Une paille diront certains face aux 1000 salariés de l'hôpital de Chinon. Mais ce nouveau plan intervient après déjà plusieurs années de réductions d'effectifs. "On ne voit pas le bout du tunnel" dit un délégué syndical. "On supprime des postes, notamment de soignants, alors qu'on galère déjà" dit un autre. Pour le syndicat Force Ouvrière de l'hôpital, "c'est une première vague, avant d'autres postes qui vont être supprimés". Pour dénoncer ce nouveau plan d'économie, les salariés seront invités à manifester le 14 février à Paris, avec le collectif Inter-Urgences à Paris. 

L'ARS assure vouloir le maintien de la maternité de Chinon

L'Agence régionale de santé assure qu'elle "veut maintenir la maternité de Chinon, une maternité de proximité, dans des conditions techniques de fonctionnement sécurisées". L'ARS précise que l'hôpital de Loches est également concerné par un "plan d'actions pour faire en sorte de revenir sur trajectoire équilibrée". Elle précise que les deux hôpitaux, face à leurs difficultés, ont bénéficié en ce début d'année de 420.000€ pour l'hôpital de Chinon, notamment en soutien à la maternité, et 1.000.000€ pour l'hôpital de Loches.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess