Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Indre : la ferme thérapeutique des Grands orangeons ferme définitivement ses portes

mercredi 30 mai 2018 à 18:07 - Mis à jour le mercredi 30 mai 2018 à 19:34 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

INFO FRANCE BLEU BERRY. Le Conseil Départemental de l'Indre met fin au dispositif de la Ferme des Grands Orangeons, faute de demande pour prendre en charge les résidents.

La ferme des Grands Orangeons pouvait accueillir jusqu'à cinq résidents.
La ferme des Grands Orangeons pouvait accueillir jusqu'à cinq résidents. - Site du Conseil Départemental

Saint-Maur

Depuis septembre 2015, cette ancienne ferme située à Saint-Maur (Indre) accueillait des personnes souffrant de troubles psychiques, notamment d'anciens détenus, pour les aider à se réinsérer. Mais après trois ans d'expérimentation, la structure n'a semble-t-il pas trouvé son public et le dispositif est donc abandonné.

Seulement 16 résidents en trois ans

La structure était toute petite (cinq places), mais elle était rarement occupée à 100%. Seulement 16 résidents ont été accueillis en trois ans dans ce centre financé par le Conseil Départemental de l’Indre. L'activité devait s'arrêter fin octobre, mais la fermeture a été anticipée, explique Hervé Pigale, le directeur de Blanche de Fontarce, qui gérait le centre de réinsertion.

"Le taux d'occupation était trop faible"

"Il n'y avait pas d'objectif fixé, l'objectif était d'avoir un taux d'occupation proche de 100% évidemment, certains résidents sont restés plusieurs mois, d'autres quelques semaines, c'est vraiment le taux d'occupation qui était problématique et qui nous amène à fermer le centre".

Pas de regret pour autant, c'était un dispositif innovant, on aura essayé" (Hervé Pigale)

Les résidents étaient pris en charge pour des courts séjours dans un cadre rassurant, à la campagne avec jardin, poulailler, chevaux... tout en bénéficiant d'un accompagnement social. Certains pensionnaires ont depuis retrouvé une formation, un logement. Mais tout n'a pas été réussi pour autant.

Faible demande des partenaires

Le centre aurait voulu accueillir des publics plus variés, comme des patients de l'hôpital psychiatrique, ou des sans-abris, mais tous les partenaires n'auraient pas joué le jeu. "Il ne s'agit pas de dire que c'est à cause des partenaires si la structure ferme, ce n'est pas mon propos, c'est surtout le constat que la structure ne répondait pas aux besoins qu'on avait imaginé et donc on en tire aujourd'hui les conséquences", tient à préciser Hervé Pigale.

Aucun licenciement, trois salariés reclassés

Les derniers patients ont quitté les lieux la semaine dernière, les trois professionnels qui travaillaient sur le site ont été réaffectés dans d'autres établissements de Blanche de Fontarce. "Il n'y aura pas de perte d'emplois et de licenciements secs sur la structure, ça va se gérer au niveau de l'ensemble des services des établissements Blanche de Fontarce qui comptent près de 250 agents, donc on a quelques possibilités pour reclasser nos professionnels", explique Hervé Pigale.

Quel avenir pour le site ?

Reste à trouver maintenant une autre fonction à cette structure. Le Conseil Départemental avait investi 1 million et demi d'euros dans la réhabilitation de cette ferme. "Mais le bâtiment réhabilité sera utilisé pour un autre projet à vocation sociale, il n'y a pas de gaspillage d'argent public".

"Il n'y a pas de gaspillage d'argent public"

Le centre pourrait désormais servir à accueillir des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées non dépendantes dans le cadre d'une maison d'accueil familiale, mais ce ne sont pour l'heure que des pistes de travail.

Le Conseil Départemental de l'Indre avait financé pour 1,5 millions d'euros de travaux de réhabilitation - Aucun(e)
Le Conseil Départemental de l'Indre avait financé pour 1,5 millions d'euros de travaux de réhabilitation - Droits réservés Blanche de Fontarce