Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

INFO FRANCE BLEU - Coronavirus : un cas suspect détecté dans l'Indre, transféré au CHU de Tours

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu Touraine, France Bleu

Un habitant de Mézières-en-Brenne, présentant des symptômes du coronavirus, a été envoyé au centre hospitalier de Tours, en attendant de savoir s'il est ou non contaminé au Covid-19. Il rentrait du carnaval de Venise, région touchée par l'épidémie.

Services des urgences d'un centre hospitalier (photo d'illustration)
Services des urgences d'un centre hospitalier (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/SUD OUEST/MAXPPP

Un cas suspect de coronavirus a été détecté dans l'Indre, a appris France Bleu Berry. Il s'agit d'un homme d'une soixantaine d'années, qui habite à Mézières-en-Brenne. "C'est un patient qui nous a appelé, car il revenait du carnaval de Venise, où il était avec son épouse. Il est rentré vendredi et présentait des symptômes, une forte fièvre et de la toux", explique le docteur Chérif Mansour, responsable des urgences du centre hospitalier de Châteauroux. Le patient a été transféré directement de son domicile jusqu'au CHU de Tours. On attend encore de savoir s'il est ou non contaminé par le Covid-19.

Selon le responsable des urgences de l'hôpital de Châteauroux, le patient a eu le bon réflexe en appelant le 15, et en ne se déplaçant pas aux urgences, évitant ainsi une éventuelle propagation du virus. Le docteur Chérif Mansour veut avant tout rassurer. L'hôpital de Châteauroux est l'établissement de référence dans l'Indre. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a en effet annoncé dimanche que tous les départements de métropole disposeraient d'un hôpital prêt à accueillir des patients concernés par le coronavirus.

Comment l'hôpital de Châteauroux se prépare à accueillir les patients

En cas de doute, si vous présentez des symptômes du coronavirus et si vous revenez d'une région touchée par l'épidémie, évitez de vous déplacer aux urgences et appelez le 15 qui vous prendra en charge, insiste le docteur Chérif Mansour.

Si un patient se présente spontanément aux urgences de Châteauroux, des mesures ont donc été prises afin d'accueillir des patients en lien avec le coronavirus. "Le principe, c'est d'éviter que les cas suspects contaminent les autres patients du service en arrivant", explique Sébastien Desfosses, cadre supérieur de santé aux urgences de l'hôpital de Châteauroux. "On a fait un circuit dédié. Les patients arriveront par l'entrée des urgences, suivront un circuit bien déterminé pour arriver dans un box dédié, à l'écart du reste du service des urgences".

Depuis le début de l'épidémie, le CH de Châteauroux a reçu une dizaine d'appels. Un cas s'est révélé négatif vendredi, indique le médecin.

Un box isolé a été aménagé pour accueillir des patients, qui pourraient être infectés par le coronavirus, sans être en contact avec les autres patients.
Un box isolé a été aménagé pour accueillir des patients, qui pourraient être infectés par le coronavirus, sans être en contact avec les autres patients. © Radio France - Emeline Ferry

Si un patient présente des symptômes suspects, même s'il est d'abord accueilli aux urgences du Châteauroux, il sera ensuite transféré au CHU de Tours. Dans le cas où l'épidémie s'aggraverait, des patients pourraient tout de même pris en charge dans l'hôpital de la préfecture de l'Indre. Un service dédié est en train d'être aménagé à Châteauroux. Ces mesures sont semblables à celles qui avaient été prises en 2014 pour faire face à l'épidémie d'Ebola, souligne le docteur Chérif Mansour.

Des affiches sur le coronavirus à l'accueil des urgences de l'hôpital de Châteauroux.
Des affiches sur le coronavirus à l'accueil des urgences de l'hôpital de Châteauroux. © Radio France - Emeline Ferry

Il ajoute que des masques supplémentaires ont été commandés, en prévision d'un éventuel afflux de patients, même s'il se veut rassurant et explique qu'il n'y a pas de raison de paniquer. "On surveille, on est prêts à mettre en action les moyens en fonction de l'évolution des événements", précise-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu