Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

INFO FRANCE BLEU - La clinique des Aubépines à Dieppe en redressement judiciaire

lundi 3 décembre 2018 à 5:01 Par Clément Conte, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Moins de 3 semaines après la fermeture de sa maternité imposée par l'agence régionale de santé, la clinique des Aubépines ne peut plus payer son personnel. L'établissement dieppois a demandé un redressement judiciaire vendredi, qui pourrait mener à une fermeture définitive.

La clinique des Aubépines pourrait fermer après ce redressement judiciaire (illustration)
La clinique des Aubépines pourrait fermer après ce redressement judiciaire (illustration) © Maxppp - Luc Nobout

Dieppe, France

Il aura fallu seize jours pour que les comptes de la clinique des Aubépines à Dieppe s'écroulent complètement. Seize jours sans maternité, fermée par l'Agence régionale de santé mi-novembre pour des manquements en terme de qualité et de sécurité. Une décision qui a condamné l'établissement selon sa directrice, Véronique Loeillet : "La maternité, c'est 55% de notre chiffre d'affaire. On ne peut pas continuer à vivre avec ça en moins, c'est une perte énorme."

Forcément, la trésorerie en prend un coup, malgré le maintien des services cancérologie et chirurgie. Les salaires ne sont plus payés et la direction des Aubépines n'a pas le choix. La clinique demande un redressement judiciaire vendredi 30 novembre. 

Nous sommes seuls et on ne peut pas faire grand chose - Véronique Loeillet

Le dossier passe maintenant dans les mains d'un administrateur judiciaire. Parmi les solutions qui peuvent être évoquées, celle d'une éventuelle reprise de la clinique paraît la plus plausible. Mais si personne ne se manifeste, l'établissement fermera rapidement selon Véronique Loeillet : "Entre 15 jours et 3 semaines."