Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EXCLU - Coronavirus : des flacons de gel hydroalcoolique de 100 ml vendus près de 7 euros malgré le décret

-
Par , France Bleu Paris

Dans le 16e arrondissement de Paris (quartier de Passy), une pharmacie continue de pratiquer des prix excessifs sur les gels hydroalcooliques alors qu'un décret de l'État paru vendredi 6 mars encadre les prix de vente.

Dans cette pharmacie près du marché de Passy, les gels hydroalcooliques 100 ml se vendent presque 7 euros.
Dans cette pharmacie près du marché de Passy, les gels hydroalcooliques 100 ml se vendent presque 7 euros. © Maxppp - Sebastien JARRY

Sept euros les 100 millilitres de gel hydroalcoolique. Dans cette pharmacie du 16e arrondissement, cachés derrière le comptoir, les gels hydroalcooliques sont vendus au compte-goutte. "On m'a dit si vous voulez vous en prenez sinon vous ne prenez pas, c'est l'offre et la demande", raconte Noël, croisé à la sortie de cette pharmacie. "En plus, elle ne les met pas devant tout le monde, elle les met derrière, ça n'a jamais valu 6,99 euros le gel, j'avais envie de lui jeter à la gueule".

Un décret encadre le prix des gels hydroalcooliques

Depuis ce vendredi 6 mars, un décret encadre le prix des solutions hydroalcooliques. Jusqu'au 31 mai, ce texte instaure un plafond de 2 euros pour les flacons de 50 ml, 3 euros les 100 ml, 5 euros les 300 ml et 15 euros le litre. "Vous vous rendez compte, 7 euros le gel vendu, ça fait 70 euros le litre, c'est du foutage de gueule !", poursuit Noël.

Vous vous rendez compte, 7 euros le gel vendu, ça fait 70 euros le litre, c'est du foutage de gueule ! - Noël, un habitant du 16e.

Cette affiche est placardée devant la pharmacie près du marché de Passy.
Cette affiche est placardée devant la pharmacie près du marché de Passy. © Radio France - Bradley de Souza

"Pour moi, une pharmacie c'est une entreprise et elle doit survivre alors peut-être qu'elle a ses raisons. C'est du business", témoigne Arthur. Il vient d'acheter 15 gels hydroalcooliques de 100 ml pour son entreprise. "Il faut être efficace et je n'ai pas le temps de faire toutes les pharmacies pour trouver du gel à 3 euros", renchérit-il.

À lire aussi : Coronavirus : à Paris, des masques pour les professionnels de santé arrivent en pharmacie

"Un cas isolé"

Pour le docteur Maleine, président de l'ordre des pharmaciens en Île-de-France, ce cas reste "isolé". "Je tiens à souligner le professionnalisme de la profession après les mesures prises par le gouvernement mais s'il y a des cas comme celui-là où les pharmacies ne jouent pas le jeu, évidemment des cas que nous condamnons, des sanctions disciplinaires pourraient être prises", détaille le président de l'ordre des pharmaciens d'Île-de-France.

Le suivi de cette mesure sera assuré par la répression des fraudes (DGCCRF). Des agents de l'État se rendront en pharmacie pour contrôler le prix des gels hydroalcooliques. "Le problème en France, c'est qu'il y a des lois mais personne pour contrôler qu'elles soient appliquées", témoigne Jean-Claude, un commerçant près du marché de Passy. "Il y a des agents municipaux, des fonctionnaires de l'État qui devraient se rendre dans les pharmacies et contrôler les décrets qui doivent s'appliquer".

Contactée par France Bleu Paris, la responsable de la pharmacie n'a pas souhaité s'exprimer sur le prix de vente de ses produits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess