Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

INFOGRAPHIE - Coronavirus : quelle situation dans le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire et l'Allier?

L'Auvergne suit la tendance nationale, avec des taux d'incidence d'épidémie de coronavirus en repli dans chaque département. Parallèlement, la vaccination approche des 30% de la population ayant reçu une première dose. Seule la Haute-Loire est en tension hospitalière.

28% de la population de l'Auvergne a reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus
28% de la population de l'Auvergne a reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus © Radio France - Emmanuel Claverie

Plus d'un mois après le 3e confinement, et quelques jours après les premières mesures d'assouplissement comme la fin de la limitation de déplacement, où en sont les indicateurs liés à l'épidémie de coronavirus en Auvergne? Plus aucun département en France n'est au-dessus des 400 cas pour 100.000 habitants assure Santé Publique France. Mais dans le détail, dans les quatre départements auvergnats, quelle est la situation? Elle s'améliore partout. La pression sur les centres hospitaliers baisse, les taux d'incidence aussi malgré des niveaux encore assez élevés pour la Haute-Loire, et la vaccination avance.

Les 20-29 ans toujours les plus touchés par le coronavirus 

139 cas pour 100.000 habitants pour le Cantal, le département de l'Auvergne le plus épargné encore une fois par l'épidémie, 298  cas pour 100.000 habitants en Haute-Loire, le département le plus impacté. La tendance générale est toujours la même, avec des taux d'incidence à la baisse partout. Le Puy-de-Dôme, le département le plus peuplé avec ses 660.000 habitants. Les quatre départements retrouvent un taux d'incidence pas vu depuis la mi-mars.

La tension hospitalière est toujours mesurée

C'est l'indicateur qui détermine les décisions politiques à l'échelle nationale, la fameuse tension hospitalière. En Auvergne, elle n'a jamais explosé. Les centres hospitaliers de Haute-Loire sont à 113%, soit légèrement au-dessus des capacités de lits de réanimation qu'avant l'épidémie, mais rien d'inquiétant. Pour les trois autres départements, les niveaux d'occupation de lits sont toujours assez bas, avec des réserves importantes. Dans le Puy-de-Dôme, au 6 mai, 254 personnes étaient hospitalisées pour cause de Covid-19 dont 30 personnes en réanimation. Autre donnée à confirmer dans les prochains jours, pour la première fois depuis début avril, le nombre de patients sortants de l'hôpital est plus important que ceux entrants

L'Auvergne-Rhône-Alpes, région à la traîne dans la vaccination

Avec les données quotidiennes de Santé Publique France, il est possible de suivre l'évolution de la vaccination par département et par région. On découvre en ce début mai qui l'Auvergne-Rhône-Alpes est la 2e région en France où le taux de vaccination est le plus bas derrière l'Ile-de-France, en-dessous de la moyenne nationale. L'Auvergne-Rhône-Alpes vient de franchir la barre symbolique des deux millions de vaccinés. 

Si on considère les seuls quatre départements de l'Auvergne, le niveau de vaccination est plus élevé avec 28% des 1,3 millions d'habitants vaccinés au moins une fois contre le coronavirus. Près de 400.000 habitants ont reçu au moins une dose. L'Allier et le Cantal sont au-dessus des 30% de vaccinés, le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire sous les 30%. On note notamment que la vaccination visant en priorité les personnes âgées a très bien fonctionné en Auvergne. A l'heure où les moins de 50 ans sans comorbidité vont pouvoir commencer à se faire vacciner à partir du 12 mai, le Puy-de-Dôme dont la population est plus jeune devrait refaire son retard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess