Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INFOGRAPHIES - Pourquoi le Finistère est-il le département le plus épargné par la Covid-19 ?

Pourquoi les chiffres de l'épidémie de Covid-19 en Bretagne sont-ils si bas par rapport à ceux des régions de l'Est de la France, et particulièrement dans le Finistère ? L'explication est "multifactorielle", mais le climat et la géographie jouent un rôle important dans la propagation du virus.

Les services de réanimations des hôpitaux bretons sont occupés à 25%, contre près de 90% en Bourgogne France-Comté
Les services de réanimations des hôpitaux bretons sont occupés à 25%, contre près de 90% en Bourgogne France-Comté © Radio France - Nicolas Olivier

Avec un taux d'incidence de 42,20 cas pour 100.000 habitants*, le Finistère est ce jeudi 7 janvier le département le moins touché par l'épidémie de coronavirus. Dans le département du Jura, par exemple, ce taux monte à 333,9 cas pour 100.000 habitants. Et globalement, comparée à d'autres régions, la Bretagne s'en sort bien. Le taux d'occupation des services de réanimation dans les hôpitaux bretons est de 25,90%, contre près de 90% pour la région Bourgogne France-Comté. 

Le facteur climatique

Comment expliquer cette résistance au virus ? "Il n'y a pas d'explication définitive, mais des hypothèses", explique Pascal Crepey, enseignant-chercheur en épidémiologie à l’École des Hautes Études en Santé Publique de Rennes. "L'explication la plus convaincante reste l'explication climatique. L'hiver d'un climat océanique favorise moins les infections que l'hiver d'un climat continental, qui est celui que vivent les populations de l'Est de la France", avance Pascal Crepey. 

Ce facteur climatique joue un rôle "à la fois sur la propagation du virus via les habitudes de vie des personnes : quand il fait plus froid on reste un peu plus en intérieur, poursuit Pascal Crepey. Mais il a aussi un rôle sur la capacité du virus à se transmettre. Et notamment en fonction de l'humidité et de la température, les aérosols, ces micro-gouttelettes qui restent en suspension dans l'air, restent plus ou moins longtemps en suspension et vont plus ou moins loin et sont plus ou moins infectantes." 

Brassage des populations

Le chercheur avance une autre hypothèse : le brassage des populations. "La Bretagne et le département du Finistère en particulier se trouvent géographiquement entourés de mer avec relativement peu de voisins. Comparé à des départements plus centraux de l'Europe, et notamment tous ces départements de l'Est de la France", où le couvre feu est établi à 18h, "il y a potentiellement moins de passage, moins de traversées, moins d'échanges de population, et donc moins d'opportunités pour le virus d'arriver dans ces territoires au sein de ces populations et de se transmettre." 

*Le taux d'incidence correspond au nombre de tests positifs pour 100.000 habitants. Source : Santé publique France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess