Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

« Inseme » le combat continue pour tous les enfants

-
Par , , France Bleu RCFM

Lors de sa dernière visite en Corse, le Président de la République avait annoncé la prise en charge du transport pour le deuxième parent lorsqu’un enfant doit se faire soigner à Marseille. Le décret permettant cette mesure ne concernera finalement que les mineurs de moins de 16ans ou hospitalisés.

L'association Inseme et des parents d’enfants malades organisaient un rassemblement ce lundi à Ajaccio
L'association Inseme et des parents d’enfants malades organisaient un rassemblement ce lundi à Ajaccio - DR/

C'est un combat que porte l'association Inseme depuis de nombreux mois, faire en sorte que le transport du deuxième parent soit pris en charge par l'assurance maladie quand un enfant doit se faire soigner à Marseille. Lors de sa venue en Corse début septembre, Emmanuel Macron avait annoncé la publication du décret permettant cette prise en charge, une victoire pour l'association qui a vite fait place à la déception. 

La désillusion

Le décret a certes été publié mais il ne concerne que les enfants de moins de 16 ans ou les mineurs hospitalisés. Même si cela couvre une grande partie des patients, cela ne concernera donc pas les consultations chez des spécialistes qui pour certains n'existent pas dans l'île, ni les hospitalisations des enfants entre 16 et 18 ans. C'est que déplore Laetitia Cucchi, la présidente de l'association Inseme : « Il y a d’abord tout ce qui relève des traumas, des accidents, qui ne relèvent pas d’une maladie particulière mais arrivent soudainement. Il y a aussi beaucoup de cas assez classiques de spécialités qui n’existent pas sur cette île. Certaines spécialités de chirurgie orthopédique par exemple…Lorsqu’on est sur le continent tout est plus simple, _on a l’impression que les citoyens corses sont des citoyens de second rang_, nous n’avons pas accès aux infrastructures pour soigner nos enfants ce n’est pas de notre faute, de notre responsabilité, il y a un vrai sentiment d’injustice et les familles ne supportent plus cette double peine. »

Laetitia Cucchi, présidente de l'association Inseme
Laetitia Cucchi, présidente de l'association Inseme © Radio France - France Bleu

Laetitia Cucchi, la présidente de l'association Inseme

Un droit pour tous

L'association Inseme et des parents d’enfants malades organisaient donc ce lundi soir un rassemblement place du diamant à Ajaccio. Laetitia Cucchi, la présidente de l'association : « Au moment où le Président de la République a annoncé la parution imminente du décret qu’on attendait depuis d’un an il a précisé que la prise en charge du second accompagnateur pour un enfant malade serait garantie sur le budget général de l’assurance maladie _pour les mineurs de moins de 16ans en affection de longue durée ou hospitalisés. Cela répond à l’immense majorité des cas, c’est une très grande avancée mais il y a des familles qui restent sur le carreau_. Il y a une volonté au sein des familles de ne laisser personne au bord de la route, que ce soit un droit pour tous les enfants d’avoir leurs parents à leurs côtés. »

Laetitia Cucchi, la présidente de l'association Inseme

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A l’issue du rassemblement, une délégation a été reçue à la préfecture par le directeur de cabinet du préfet de Corse et la directrice de l’Agence Régionale de Santé. Ces derniers leur ont expliqué que le décret ne serait pas modifié. Ils se sont en revanche engagés à faciliter la prise en charge des parents via le fonds de solidarité de la caisse d’assurance maladie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess