Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Intoxication mortelle dans le Grand Est après une confusion entre colchique et ail des ours

Gare au colchique ! Un cas d'intoxication mortelle vient d'être signalé en Alsace. Les autorités sanitaires et les centres antipoison du Grand Est appellent à la vigilance.

Chaque année, le réseau des centres antipoison enregistre environ 250 cas de confusion de plantes toxiques avec des plantes comestibles
Chaque année, le réseau des centres antipoison enregistre environ 250 cas de confusion de plantes toxiques avec des plantes comestibles © Maxppp - Sébastien Jarry

Les deux se ressemblent, les deux poussent au printemps et les deux se développent dans les mêmes sous-bois du Grand Est. Problème : l'un se mange, l'autre est mortel. La confusion entre l'ail des ours et le colchique a provoqué la mort d'une personne en Alsace. La victime est décédée après avoir mangé du pesto à base d'ail des ours, mais selon un proche, une ou deux feuilles de la mauvaise plante s'étaient glissées dans la récolte.

Risque toxique

"Des intoxications sévères, on en a presque chaque saison mais là, il s'agit d'un premier cas de décès depuis plusieurs années, explique Christine Tournoud, praticien hospitalier au centre antipoison Est à Nancy. Avec le confinement, on a moins d'intoxications mais on en a quand même. Et là, c'est un cas dramatique."

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) rappelle sur son site Internet que "l'ingestion de colchique peut engendrer une intoxication grave voire mortelle, en fonction de la quantité de feuilles ingérées, de la concentration très variable de colchicine présente dans la plante, et de l’association avec certains médicaments courants (antibiotiques de type macrolides, anti-vitamine K…) qui peuvent accroître notablement le risque toxique." 

Comment faire la différence ? 

"Dans les forêts où pousse l'ail des ours, pousse également le colchique, confirme Christine Tournoud. Les deux plantes se mélangent et poussent au même moment. Il faut vraiment se méfier."

L'ail des ours est à gauche, le colchique est à droite
L'ail des ours est à gauche, le colchique est à droite - Centre antipoison Est à Nancy

Pour bien faire la différence, voici les caractéristiques de chaque plante indiquées par l'ANSES :

  • L'ail des ours est une plante sauvage comestible. Elle mesure entre 15 et 40 centimètres. Quand on froisse ses feuilles ovales et pointues, elle présente une odeur caractéristique d'ail. Elle pousse souvent en grands tapis dans les sous-bois, les fonds de vallons ou encore le long des ruisseaux. Les feuilles apparaissent en février-mars et les fleurs d'avril à début juin.
  • Le colchique présente des feuilles plus rigides, sans tige avec un bulbe rond et foncé. Les fleurs  mauves n’apparaissent qu’en automne, seules les feuilles sont visibles au printemps. Elles sont charnues, à bout arrondi et semblent sortir directement du sol. Toutes les parties de la plante sont toxiques, comme le rappelle l'ANSES dans son communiqué.

Les conseils de l'Anses

Si vous cueillez de l'ail des ours, vérifiez l'odeur de la plante en froissant les feuilles. L'Anses vous conseille également de ne pas cueillir par brassées pour éviter de repartir avec d'autres espèces. N'hésitez pas non plus à photographier votre cueillette pour faciliter l'identification, en cas de problème.

Autre conseil : si on goûte la plante et que c'est amer, attention, il ne faut pas aller plus loin car il s'agit probablement de colchique. Si vous avez le moindre doute sur la nature de la plante que vous vous apprêtez à manger, ne la consommez pas. Et si vous présentez des symptômes (diarrhées et vomissements), n'attendez pas pour appeler le centre antipoison Est à Nancy : 03 83 22 50 50.

L'Anses publie également un aide-mémoire pour éviter les confusions. Il est disponible en cliquant ici. L'an dernier, les centres antipoison ont rapporté 31 cas d’expositions au colchique, dont quatre intoxications graves.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess