Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Intoxications au monoxyde de carbone : l'Île-de-France en tête des accidents

jeudi 3 janvier 2019 à 5:16 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

L'Île-de-France est la région qui compte le plus d'intoxications au monoxyde de carbone. Chaque hiver, près de 500 personnes sont intoxiquées, souvent en raison de systèmes de chauffage mal entretenus. De plus en plus d'habitants utilisent des barbecues ou des braseros pour se chauffer en intérieur.

Une chaudière à gaz (illustration)
Une chaudière à gaz (illustration) © Maxppp - Patrick Clemente (PHOTOPQR / NICE MATIN)

Île-de-France, France

En ce moment, comme chaque hiver, les pompiers de Paris, qui interviennent dans la capitale et en petite couronne parisienne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne), sont appelés deux à trois fois par semaine pour des intoxications au monoxyde de carbone. Le phénomène est stable en Île-de-France, région la plus touchée par ces accidents domestiques. En 2017 (dernières statistiques connues), 480 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone, dont deux sont décédées, selon l'Agence régionale de santé (ARS). 

ECOUTER - "Dès lors que les températures baissent, il y a des intoxications au monoxyde de carbone" Gabriel Plus, des pompiers de Paris

Le chauffage en cause

"Ce sont les appareils de chauffage qui sont en général à l'origine de ces intoxications comme les chaudières ou les chauffe-eau au gaz" détaille Pascale Giry, responsable du département santé-environnement à l'ARS. 60% des intoxications sont dues au chauffage. "Les systèmes d'eau chaude ou de chauffage ne sont pas entretenus correctement, les ramonages de conduits de cheminée ne sont pas faits" confirme le lieutenant colonel Gabriel Plus, des pompiers de Paris.

ECOUTER - Les chauffages souvent mal entretenus

Des barbecues et autres réchauds de camping en guise de chauffage

Avec un phénomène en forte augmentation : la recrudescence d'appareils de chauffage de fortune, comme des braséros ou des barbecues, détournés de leur utilisation première, et utilisés pour réchauffer les appartements. Une intoxication sur cinq est désormais due à ce type d'installations contre une sur dix en 2012. Lors des interventions, les pompiers constatent leur utilisation comme celle de "panneaux radiants ou des réchauds de camping", détaille Gabriel Plus. "Il ne faut pas utiliser ce genre de chauffage d'appoint" rappelle-t-il. 

ECOUTER - "Des braseros ou barbecues utilisés comme chauffage de fortune" détaille Pascale Giry de l'ARS

Mais certains foyers semblent ne pas avoir le choix. "Il s'agit de personnes qui n'ont pas d'autres moyens pour se chauffer" constate Pascale Giry. En Seine-Saint-Denis, département qui concentre un fort taux de précarité et de logements insalubres ou mal isolés, 36% des intoxications sont ainsi dues à l'utilisation de braséros ou de barbecues en intérieur.

Conseils de prévention et consignes en cas d'intoxication

Sur son site Internet, l'ARS rappelle donc 5 "conseils pratiques" pour faire face au risque d'intoxication au monoxyde de carbone :

  • Faire "intervenir un professionnel qualifié pour contrôler les installations"
  • Bien ventiler son logement
  • Ne jamais faire fonctionner un chauffage d'appoint en continu (notamment les chauffages à combustion de gaz, de bois ou de carburant)
  • Entretenir ses appareils
  • Ne jamais placer les groupes électrogènes dans un lieu fermé (maison, cave, garage)

Par ailleurs, le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore, il faut donc être attentif aux symptômes que sont les maux de tête et les nausées, notamment si plusieurs personnes présentes dans un même pièce les ressentent. En cas de doute, l'ARS rappelle aussi les consignes de sécurité  :

  • Aérer la pièce
  • Arrêter les appareils à combustion
  • Evacuer les lieux
  • Appeler les secours (112)
  • Ne pas retourner à l'intérieur sans l'accord des pompiers ou d'un chauffagiste.