Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

INVITÉ - Jean-Louis Vangi, secrétaire général de l'Ordre des médecins en Savoie

lundi 6 mars 2017 à 8:55 Par Willy Moreau, France Bleu Pays de Savoie

Depuis quelques mois, l'Ordre des médecins organise des réunions avec les élus locaux dans chaque département pour évoquer des propositions de réforme sur la santé. C'était le cas en Savoie la semaine dernière.

Les médecins interpellent les élus politiques pour imposer la santé dans les débats pour la présidentielle.
Les médecins interpellent les élus politiques pour imposer la santé dans les débats pour la présidentielle. © Maxppp - Simon Daval

Savoie, France

La médecine libérale est malade. Le nombre de professionnels diminuent d'année en année, leur répartition géographique n'a jamais autant discriminé les campagnes et les journées, au lieu d'être consacrées uniquement aux patients, sont rythmées par les tâches administratives. Une fois posé le diagnostic, le docteur Jean-Louis Vangi, médecin généraliste à Saint-Badolph et secrétaire général de l'Ordre des médecins en Savoie a invité les élus locaux à prendre des décisions au plus vite.

Pour lui, il faut redonner l'envie aux jeunes de pratiquer la médecine libérale : "Je pense qu'il y a un désamour vis à vis de la médecine libérale à cause des contraintes administratives. Sur une consultation, un médecin passe 40% de son temps à faire des tâches administratives." Comment améliorez la situation ? "Il faut mutualiser les moyens, notamment d'une secrétaire, pour simplifier l'exercice médical" selon lui.

Dans 10 ans, il faut s'attendre à un déficit de médecins en Savoie. Comme le démontre les chiffres avancés par Jean-Louis Vangi, la moitié des médecins installés dans le département auront l'âge de partir à la retraite. "Notre département reste encore attractif, rassure M. Vangi, mais je pense qu'il faut, en amont de la formation, faire connaitre aux étudiants la médecine libérale puisque aujourd'hui la formation reste très axée sur l'hôpital."

La suite de l'interview à réécouter ci-dessous :

Jean-Louis Vangi, secrétaire général de l'Ordre des médecins en Savoie.