Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Isère : avant de partir en vacances, c'est la course aux tests de dépistage de la Covid-19

-
Par , France Bleu Isère

Ils ne s'y attendaient pas forcément. Mais avec l'arrivée des grandes vacances, les laboratoires d'analyses médicales tournent à plein régime pour dépister la Covid-19. C'est le cas des centres Oriade-Noviale où plus de 1200 tests sont réalisés chaque jour. 80% de ces centres se trouvent en Isère.

Plus de 1200 tests sont réalisés chaque jour sur les 52 laboratoires Oriade-Noviale (80% se trouvent en Isère).
Plus de 1200 tests sont réalisés chaque jour sur les 52 laboratoires Oriade-Noviale (80% se trouvent en Isère). © Radio France - Bastien Thomas

En Isère, nous ne sommes pas dans la situation que l'on peut observer à Paris où se faire dépister peut parfois demander d'attendre jusqu'à une semaine. Dans les centres Oriade-Noviale, plus la peine de prendre un rendez-vous mais les demandes de tests augmentent avec les grandes vacances qui arrivent. Certaines compagnies aériennes demandent notamment la présentation d'un test négatif de moins d'une semaine afin de pouvoir embarquer dans un avion.

"On réalise plus de 1200 tests par jour sur nos 52 centres, dont la très grande majorité (80%) se trouve en Isère" - Philippe Cart-Lamy.

"On a une activité qui explose, et que l'on n'avait pas forcement anticipée, sur toutes les personnes que l'on ne peut pas considérer comme urgentes, qui doivent prendre un avion et avoir leurs résultats sous 48-72 heures" admet Philippe Cart-Lamy, médecin biologiste au laboratoire Oriade-Noviale de Meylan, un peu dépassé par toutes ces demandes de dernière minute. "Le paradoxe de la situation, c'est que l'on est pas en situation de crise en terme épidémique dans notre département mais on fait beaucoup plus de tests qu'au plus fort de la crise" continue le biologiste.

Pas de file d'attente, mais un manque de personnel

"On arrive à gérer le flux de personnes, on est très réactif. Dans le pire des cas, ils attendent 10 minutes, un quart d'heure" poursuit le médecin. Le point problématique selon lui, et qui engendre des retards dans l'analyse des prélèvements, c'est "la difficulté à recruter des infirmières, des techniciennes même des aides de laboratoires. Ça devient difficile" explique-t-il. Et donc cela entraîne des délais plus longs pour obtenir les résultats d'analyse quand certains en ont besoin pour partir en vacances.

"Pour les situation urgentes, comme les patients contacts, on arrive à tenir la fourchette de 24 heures, ou au pire 48 heures" précise Philippe Cart-Lamy. Même si "le flux reste tendu, dans tous les sens, parce qu'on a aussi des soucis d'approvisionnement, que ce soit en réactifs, écouvillons ou même gants" conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess