Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Isère : les primes Covid-19 commencent à être versées aux agents hospitaliers

-
Par , France Bleu Isère

A Bourgoin-Jallieu, certains soignants ont même eu la bonne surprise de toucher 1.500 euros et non 500. Mais ce n'est pas le cas de l'ensemble du personnel : c'est limité à 40% des effectifs.

Banderole accrochée sur les grilles de l'hôpital de Bourgoin-Jallieu, le 16 juin, lors de la première journée d'actions post crise sanitaire.
Banderole accrochée sur les grilles de l'hôpital de Bourgoin-Jallieu, le 16 juin, lors de la première journée d'actions post crise sanitaire. © Radio France - Céline Loizeau

Alors que ce mardi de nouveaux rassemblements de soignants ont eu lieu à Grenoble, Vienne ou encore au Péage-de-Roussillon pour demander des revalorisations de salaires et plus de moyens pour les hôpitaux, la fameuse prime "Covid" commence à être versée en Isère. L'Isère ne fait pas partie des 40 départements les plus exposés et la prime est donc fixée à 500 euros.  Mais dans certains établissements et pour certains personnels, elle est finalement de 1500 euros, comme dans les départements les plus touchés. Un décret récent établit une liste d'établissements qui bénéficient d'une telle dérogation.

Bourgoin-Jallieu, Vienne, Voiron et Grenoble

Ainsi, le centre hospitalier Pierre-Oudot de Bourgoin-Jallieu, qui a doublé sa capacité d'accueil en réa, a eu la bonne surprise de rejoindre cette liste. C'est aussi le cas des hôpitaux de Vienne, de Voiron, du CHU de Grenoble.  

Mais tous les personnels ne sont pas concernés. Le décret précise que c'est dans la limite de 40% des effectifs (le CHPO compte un total de 1700 agents, Lucien-Hussel à Vienne près de 1.600, Voiron 1.100 et le CHU de Grenoble plus de 10.000) Il y a des critères précis comme avoir travaillé un certains nombre de jours dans un service Covid ou encore pour les non-soignants avoir été mobilisés de manière exceptionnelle par la gestion de la pandémie. Et ce sur une période allant du 1er mars au 30 avril. 

"Il est toujours difficile de faire un tri, mais on se doit d'appliquer les textes", confie Christian Dublé, le directeur de l'hôpital de Vienne. A Bourgoin-Jallieu, on évoque une prime qui divise au sein de l'hôpital mais aussi au sein du groupement hospitalier. Ainsi, si certains agents berjalliens touchent 1500 euros, ce n'est pas le cas des agents de l'hôpital de Pont-de-Beauvoisin, qui ont aussi fait face à des décès et qui reçoivent 500 euros. A Bourgoin-Jallieu, sachez que l'équipe de direction du CHPO a pour sa part renoncé à cette surprime.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu