Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Isère : une cagnotte pour Giulia, contaminée par la bactérie E.coli

Giulia a contracté un syndrome hémolytique et urémique à cause d'une bactérie E.coli au mois d'avril, alors qu'elle n'avait que 18 mois. Sa maman souhaite l'emmener dans un centre de rééducation intensive en Espagne, et a lancé un appel aux dons.

Giulia et sa maman Carla
Giulia et sa maman Carla © Radio France - Damien Triomphe

Au mois d'avril, Giulia, qui vit alors à Vienne en Isère avec sa maman, contracte un SHU, syndrome hémolytique et urémique à E.coli. Une expertise judiciaire est en train d'être mise en place pour connaître son origine. Mais pour la famille de la fillette, pas de doute, Giulia a mangé un fromage au lait cru contaminé. Une enquête de Santé publique France suggère d'ailleurs "fortement un lien entre la consommation de fromages Saint Félicien et Saint Marcellin d’un même producteur et la survenue de ces cas groupés d’infection (dont des SHU) par une souche de la bactérie E.coli."

Giulia a perdu une grande partie de sa motricité

"C'est une bactérie qui touche les reins, à la base. Mais après, si ce n'est pas vu à temps, ça attaque tous les organes !" explique Carla, la mère de Giulia, qui regrette une prise en charge par l'hôpital qu'elle estime défaillante. La bactérie a touché le cerveau de Giulia, qui ne marche plus, ne mange plus, ne parle plus et a perdu une grande partie de sa motricité. "Elle a perdu tous ses acquis d'une enfant de 18 mois" résume Carla, "et on ne sait pas ce qu'elle pourra récupérer."

Carla a créé Association Giulia, pour faire de la prévention sur les risques que présente la bactérie, et également pour lancer un appel aux dons pour lui permettre d'inscrire sa fille dans un centre de rééducation intensive à l'étranger.

Un centre de rééducation intensive en Espagne

Aujourd'hui, Giulia, qui fêtera ses deux ans prochainement, est prise en charge par un centre de rééducation à Miribel. Et il y a des évolutions. "Elle avait perdu la vue à l'hôpital, et petit à petit ici en la stimulant, la vue est revenue. On ne sait pas en fait ce qu'elle pourra faire ou ne pas faire. C'est pour ça qu'on veut l'emmener dans d'autres centres, essayer d'autres méthodes. _C'est maintenant, comme elle est petite, qu'il faut la stimuler le plus possible !_" 

Carla cherche désormais à inscrire sa fille en centre de rééducation intensive, mais n'en trouve pas en France. Elle s'est donc tournée vers l'étranger, et souhaite emmener Giulia à Barcelone, en Espagne, au centre de rééducation intensive Essentis. 

Une semaine de stage coûte là-bas environ 1 000 euros. Grâce à l'ouverture de la cagnotte de l'Association Giulia sur internet il y a trois mois, Carla dispose déjà de presque 3 000 euros, et a pu déjà inscrire sa fille pour une semaine fin novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess