Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Issoudun : les Reflets d’Argent, un chantier à plus de neuf millions d’euros

jeudi 2 mars 2017 à 17:13 Par Armêl Balogog, France Bleu Berry

La deuxième phase du plus gros chantier de l’Indre est terminée. Les résidents de l’Ehpad vont pouvoir emménager dans leurs nouvelles chambres dès vendredi 3 mars 2017.

Les Reflets d'Argent à Issoudun. A gauche : la partie neuve. A droite : la partie ancienne qui sera bientôt démolie.
Les Reflets d'Argent à Issoudun. A gauche : la partie neuve. A droite : la partie ancienne qui sera bientôt démolie. © Radio France - Armêl Balogog

Issoudun, France

"C’est le plus gros chantier du département" se sont félicité les élus, tour à tour, pendant leurs discours inauguraux, vendredi 24 février. Guidés par une infirmière, ils ont visité le nouveau bâtiment de l’Ehpad des Reflets d’Argent à Issoudun. Une aile où vont emménager les résidents de l’établissement ce vendredi 3 mars.

Plus de neuf millions d’euros d’investissements

Le projet est simple : pas de rénovation, pas de réparation, tout a été ou sera démoli et reconstruit. Les travaux devraient coûter 9.135.315 euros toutes taxes comprises, selon le budget prévisionnel. Une somme partagée entre trois acteurs : la région Centre-Val de Loire a investi 1.575.000 euros, le conseil départemental de l’Indre 900.000 euros, le centre hospitalier 460.315 euros.

Un emprunt de 6.200.000 euros a également été réalisé. "Un endettement raisonnable" selon le maire d’Issoudun, André Laignel, "pour que le droit à l’accès aux soins ne soit pas qu’une ligne dans le code de la Santé publique".

Pour l'instant, deux des trois phases de chantier sont terminées et 5,8 millions d’euros ont été dépensés. La troisième phase de travaux va consister en la démolition de la dernière partie ancienne des Reflets d’Argent et la construction d’un nouveau bâtiment qui va les relier au bâtiment des Arcades, juste à côté.

Un Ehpad et un Upad plus modernes et plus pratiques

Avec les deux premières phases, toutes les chambres ont été construites. L’établissement compte 62 lits, dont 48 pour l’Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et 14 pour l’Unité pour personnes âgées désorientées (Upad). Les chambres sont individuelles et plus spacieuses que dans l’ancien bâtiment, 24 mètres carrés au lieu de 11, dont en prime une grande salle de bain accessible et pratique pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

En plus des murs, les millions ont permis d'acheter du nouveau matériel, moderne et sophistiqué, comme une baignoire à ultrasons à 14.000 euros ou une autre encore avec une porte étanche, qui facilite l’entrée des patients à l’intérieur et évite aux soignants de se faire mal au dos en les portant.

Les infirmières contentes, les patients partagés

L’ancien établissement était aux normes et aux goûts de l’année 1983, quand il a été construit. Les infirmières disent le quitter sans aucun regret.

Côté résident, l’avis n’est pas si tranché. Une quinzaine ont profité de la visite officielle pour jeter un œil à leurs futures chambres. La majorité les a trouvé "formidables". Mais certains auraient voulu des fenêtres dans les salles de bain, où sont aussi les toilettes, pour aérer et ne pas "sentir toutes les odeurs". D’autres ne veulent plus être en chambre individuelle : pendant les travaux, certains résidents avaient été placés dans des chambres doubles.

Les résidents de l’Ehpad ont 89 ans en moyenne. Trois quarts sont des femmes.