Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"J'ai une confiance totale dans ces vaccins" assure le virologue bordelais Hervé Fleury

-
Par , France Bleu Gironde

Alors que la campagne de vaccination contre le coronavirus doit démarrer dès dimanche en France, Hervé Fleury, virologue et professeur émérite au CNRS et à l’Université de Bordeaux a dit ce mardi sur France Bleu Gironde sa "confiance totale" dans les vaccins de Pfizer et Moderna.

Les premières injections du vaccin Pfizer ont déjà débuté au Royaume-Uni.
Les premières injections du vaccin Pfizer ont déjà débuté au Royaume-Uni. © Maxppp - PRESS ASSOCIATION IMAGES/MAXPPP

La vaccination contre le coronavirus est sur les rails en France. Après l'autorisation de la commission européenne, les premières doses du vaccin Pfizer seront injectées dès dimanche 27 décembre en France, selon Olivier Véran, le ministre de la Santé. Concernant la Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé évoque la date du 4 janvier. Invité de France Bleu Gironde ce mardi, le professeur Hervé Fleury a dit sa "confiance totale" dans les vaccins de Pfizer et Moderna. Virologue, professeur émérite au CNRS et à l’Université de Bordeaux, il appelle les Français à se faire vacciner, à avoir une "attitude très vaccinale". 

Ce mardi, il s'est montré rassurant concernant le vaccin du labo Pfizer, qui a été autorisé lundi par la commission européenne, et celui de Moderna, sur lequel l'agence européenne du médicament se penchera le 6 janvier. "Ces deux vaccins sont à ARN messager, l’information génétique apportée dans l’organisme ne reste pas, elle est détruite", explique le professeur Fleury. "Ils n’ont pas d’adjuvant, ce qu’était craint dans les vaccinations anti-grippales. Sur le plan théorique, je pense que ces vaccins sont les plus évolués que l’on ait connus dans le monde de la science". 

Réécoutez l'interview d'Hervé Fleury

Hervé Fleury était l'invité de France Bleu Gironde, ce mardi à 7h45.

Un vaccin qui devrait aussi être efficace, malgré la nouvelle souche identifiée au Royaume-Uni. "Les données qui ont été diffusées laissent penser qu’il n’y a pas de mutation dans le site de neutralisation, donc que ça ne met pas en péril les vaccins" juge Hervé Fleury, qui ne s'étonne pas de cette mutation "Des souches variantes, il y en a eues cet été et on n’en a pas beaucoup parlé. Une qui s’appelle D614G et qui avait aussi une potentialité de transmission beaucoup plus importante.", explique-t-il. 

Se faire tester, une attitude "tout à fait raisonnable"

Interrogé sur le brassage de population lié aux fêtes de fin d'année, Hervé Fleury suggère de "dire aux Français : ‘Soyez extrêmement vigilants, continuez à vous protéger, portez des masques et faites attention à la distanciation’". Alors que beaucoup de Girondins se ruent sur les tests avant d'aller passer les vacances en famille, le professeur trouve cette attitude "tout à fait raisonnable. Au-delà des mesures de précaution comme le port du masque et la distanciation, se faire tester avant d’aller dans une réunion de famille, c’est intéressant". 

Après ces fêtes de fin d'année, "il faudra regarder début janvier ce qu’il se passe sur une éventuelle troisième vague", avertit déjà le professeur Hervé Fleury.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess