Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

J'y crois pas ! Si on n'en fait pas assez pour le climat c'est parce qu'on est des humains

vendredi 30 novembre 2018 à 16:41 Par Valérie Barbe, France Bleu

Pour le climat, tous les voyants sont au rouge. Et si on veut empêcher la planète de flamber, il faudrait en faire 3 fois plus et 3 fois plus vite. Mais, malgré l'urgence, on ne se bouge absolument pas assez. D'après un psy norvégien, c'est la faute à 5 démons typiquement humains.

En septembre à Marseille, l'une des marches pour le climat.
En septembre à Marseille, l'une des marches pour le climat. © Maxppp - CLEMENT MAHOUDEAU

Ce n'est pas les plantes et les animaux qui le disent. Même s'ils pourraient. C'est un psy norvégien. Per Stoknes. Pardon pour l'accent ! D’après lui, si on est aussi mou du genou face aux catastrophes écologiques en cours, c’est à cause de ce qu'on a entre nos 2 oreilles. Autrement dit, notre cerveau. Car on a dans le ciboulot 5 démons typiquement humains qui nous empêchent de nous bouger plus. Le premier de ces démons, c'est la distance que M. Cerveau met entre nous et les catastrophes écolos. Genre, c'est moche mais c'est le problème des ours blancs. Du coup, c'est très, très loin de nous. Démon numéro 2, on fait une overdose de catastrophes vertes. Car ça fait plus de 30 ans qu'on nous en sert. Du coup, on est lassé, blasé. Le 3ème démon, c'est le déni. Comme on culpabilise de ne pas en faire assez pour mémère planète, on se défausse. Le voisin est pire que moi. Lui, il a un 4x4. Autre démon et c'est le pire d'après le psy. On ne supporte pas de bousculer nos valeurs morales et politiques. Du coup, on résiste. Par exemple, on s'oppose à de nouvelles lois. Le dernier et 5ème démon, lui, n'est pas joli, joli. C'est notre fascination pour l'apocalypse. On se délecte et en même temps, ça nous anesthésie. Alors, est ce qu’à cause de ces démons, la planète et nous, on est condamnés ? Non ! D'après le bon docteur Stoknes. Car on peut tout à fait couper le cou à nos propres démons. Comment ? En faisant mousser, et surtout sur les réseaux sociaux, tout ce qui se fait de bien. Car c'est le moyen de nous donner envie de faire pareil. L'envie et pas l'obligation. Par exemple, pour nous inciter à manger vegan, Il vaut mieux nous dire miam miam c'est super bon que oh c'est trop affreux de manger les petits animaux. L'idée c'est qu'on puisse tous croire que OUI, demain peut être super bien. 

Aussi bien que Demain, le film et ses jours heureux.