Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je lui en veux" : quand le président du conseil départemental de la Mayenne flingue l'ARS

-
Par , France Bleu Mayenne

Dans un communiqué publié ce lundi, le président du conseil départemental de la Mayenne accuse l'Agence Régional de Santé de stigmatiser le département aux yeux des touristes français et européens.

Olivier richefou le président du conseil départemental de la Mayenne
Olivier richefou le président du conseil départemental de la Mayenne © Maxppp - DAVID ADEMAS

La goutte d'eau qui fait déborder le vase. Le président du conseil départemental de la Mayenne ne digère toujours pas la décision de la Belgique d'interdire à ses ressortissants les séjours en Mayenne en raison de l'épidémie du coronavirus. Mais plus qu'à la gouvernance belge, Olivier Richefou voit en cette (surprenante) décision une autre fautive : l'Agence Régional de Santé des Pays de la Loire. 

"En continuant à publier des chiffres alarmistes, sans mise en perspective et dé-corrélés des résultats des autres Départements, l’Agence Régionale de Santé (ARS) continue à stigmatiser encore plus la Mayenne aux yeux des Français et de nos voisins européens" explique le président du conseil départemental de la Mayenne. "Je n’en veux aucunement aux Belges qui a été le pays européen le plus durement marqué par la crise en termes de mortalité par habitant, j’en veux à l’ARS", précise t-il.

Une tendance baissière

Vendredi dernier, l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire a publié ses derniers chiffres sur la crise de la Covid-19. Dix-sept personnes sont hospitalisées au service Covid du centre hospitalier de Laval. Aucun de ces patients n'est en réanimation. Plus de 1.100 personnes ont été testées positives depuis le 13 mai dernier dans notre département. Les indicateurs de l'épidémie sont en baisse : le taux d'incidence passe de 125 à 111 cas pour 100 000 habitants sur les 7 derniers jours. Et le taux de positivité passe de 3% à 2,6%. "Le taux d’incidence montre qu’il s’agit d’un problème de thermomètre, nous n’appliquons pas les bonnes règles. Les départements qui dépistent massivement sont automatiquement considérés comme les mauvais élèves. Il faut ramener ce taux d’incidence à la proportion de tests réellement effectués" estime Olivier Richefou. 

Opérations contrariées

Ce coupe de gueule d'Olivier Richefou traduit un sentiment persistant chez plusieurs élus et habitants de la Mayenne : celui d'une supposée stigmatisation. Depuis plusieurs jours le président du conseil départemental multiplie les interventions dans les médias nationaux (France Info et la chaîne Télé CNews encore ce week-end) pour défendre la Mayenne. Pour amoindrir l'impact de la crise sanitaire sur la filière tourisme, le département a lancé plusieurs opérations de communication qui peuvent être mises à mal par la médiatisation négative du département. 

D'abord celle du "Repos des Héros" pour remercier les soignants et professions assimilées ayant été en première ligne lors de la pandémie de la COVID-19. Le département a fait gagner plus de 200 séjours en Mayenne. Puis l'opération "Miam! La Mayenne à croquer" consistant à offrir un bon d'achat de 20€ dans un restaurant après la visite d'un site touristique. Des opérations en cours, mais contrariées. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess