Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Je m'inquiète pour les gens là-bas" : le coronavirus angoisse une étudiante chinoise à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le coronavirus prend de l'ampleur en Chine avec déjà plus de 100 victimes, la plupart dans la ville de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie. A Saint-Étienne, une étudiante chinoise originaire de Shanghai témoigne.

En Chine, la population se protège de l'épidémie avec des masques
En Chine, la population se protège de l'épidémie avec des masques © Maxppp - LIU JUNFENG

Arrivée à Saint-Étienne le dimanche 26 janvier pour un semestre en échange à l'École de Design, la jeune Huang raconte la situation à Shanghai, sa ville s'origine : 

J'ai de la chance de ne pas être en Chine en ce moment. Tout le monde achète des masques et des combinaisons de protection. Mais il n'y a plus de masques dans les hôpitaux et les gens sont inquiets.

Elle aussi s'inquiète pour ses proches et sa famille, même si Shanghai est à plus de 800 kilomètres de la ville de Wuhan : "Mes parents sont en sécurité, ils sont loin de Wuhan. Mais je leur ai dit de rester loin de la foule", explique-t-elle. 

La jeune fille de 21 ans préfère rester optimiste et compte sur les mesures du gouvernement chinois pour endiguer l'épidémie. 

Ne pas tomber dans la paranoïa

À son arrivée à l'aéroport à Paris samedi, Huang n'a pas été contrôlée par des médecins : "Personne ne m'a forcée à faire des tests. Je pense que c'est très bien, je n'ai pas eu de difficultés à arriver." Ni elle, ni ses proches ne présentent de symptômes du coronavirus. Et les étudiants dans sa classe ne tombent pas non plus dans la paranoïa :

Mes camarades de classe me demandent comment ça se passe en Chine. Ils sont curieux par rapport à cette maladie. Mais ils sont tous très sympas, les gens ici sont gentils.

L'étudiante ne fait l'objet d'aucune mesure particulière, contrairement à deux jeunes chinoises confinées dans leurs résidence à Châteauroux. Huang va rester à Saint-Étienne jusqu'à la fin du semestre, mais elle espère pouvoir rentrer en Chine d'ici là pour rendre visite à ses parents.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess