Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je me traîne depuis des mois" : les malades du Covid long se battent pour faire reconnaître leur pathologie

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Selon une étude chinoise, près de huit malades du Covid sur dixont encore des séquelles plus de six mois après avoir contracté le virus. En France, l'association "Après J20" se mobilise pour les accompagner et faire reconnaître cette maladie.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Radio France - Cécile Bidault

Les symptômes du Covid long peuvent se caractériser par une fatigue persistante, des troubles de la vision ou du sommeil, mais également de lourds problèmes respiratoires, et ce, des mois après avoir été infecté par le coronavirus. Pour aider les malades et les accompagner, l'association "Après J20" s'est créée

Parmi les malades du Covid long : Isabelle, 56 ans. Cette habitante du Morbihan, près de Lorient, n'avait aucun problème de santé et se sentait comme une femme très active. Le 13 mars 2020, les premiers symptômes du Covid-19 apparaissent. Si elle ne s'inquiète pas au départ, son état empire très rapidement. "Je me suis retrouvée clouée au lit d'épuisement et tous les symptômes sont venus les uns après les autres, j'en ai listé une cinquantaine en tout", souffle-t-elle. 

Impossibilité de retravailler

Les mois qui suivent sa contamination sont très difficiles pour la Morbihannaise. "Je fais constamment des rechutes qui ne préviennent pas, qui peuvent se traduire par des plaques, des boutons, des migraines, des douleurs partout, des brûlures. Il y a aussi des problèmes digestifs ou même des acouphènes", glisse-t-elle. Isabelle ajoute : "Il y a des moments où on va être bien, des moment où on ne va pas être bien. Mais pour résumer mon état : je me traîne depuis des mois." Il lui reste, encore aujourd'hui, une dizaine de symptômes

Depuis sa contamination, Isabelle n'a jamais pu retravailler. Elle était dans le milieu de la téléphonie, en CDD. "Ce n'est pas comme ça que je vais pouvoir reprendre mon travail. Je ne suis pas prête de retravailler tout court d'ailleurs. C'est très très angoissant tout ça", regrette-t-elle. 

La quinquagénaire regrette ne pas avoir été assez écoutée par les médecins lors de ses multiples rechutes. Elle se bat aujourd'hui, aux côtés de l'association "Après J20" pour faire reconnaître cette maladie, puisque depuis la perte de son emploi, elle vit grâce aux allocations de Pôle emploi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess