Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Je ne suis pas un prophète, même si je suis barbu !" Didier Raoult s'explique devant la commission d'enquête

-
Par , France Bleu, France Bleu Provence

Durant trois heures, le Pr Didier Raoult a donné son avis mercredi sur la gestion de crise du Covid-19 face à la commission d'enquête parlementaire. Il a défendu ses essais et les traitements à base d'hydroxychloroquine, tout en fustigeant "les conflits d'intérêt" et l'organisation des tests.

Le professeur Didier Raoult face à la commission d'enquête parlementaire le 24 juin 2020.
Le professeur Didier Raoult face à la commission d'enquête parlementaire le 24 juin 2020. © AFP - THOMAS COEX / AFP

"La manière dont ça s'est organisé est totalement archaïque" : Didier Raoult s'est exprimé ce mercredi 25 juin, face à l'Assemblée nationale. Convoqué par la commission d'enquête parlementaire, le professeur marseillais de l'IHU Méditerranée Infection qu'il dirige, a fustigé l'organisation des tests de dépistage au coronavirus Covid-19 et évoqué des conflits d'intérêt dans la recherche.

Trois heures d'audition devant les députés

Pour son audition, le médecin a troqué sa blouse blanche pour la veste noire : pendant trois heures, il s'est livré à une longue dissertation. D'abord en évoquant les tests, qui selon lui, auraient très bien pu avoir lieu de manière plus efficace s'ils n'avaient pas été centralisés autour de l'institut Pasteur. "L'idée qu'on ne pouvait pas faire de tests n'était pas vraie" selon le microbiologiste.

Sur son départ du conseil scientifique, créé le 11 mars pour aiguiller le gouvernement, il s'explique : "J'étais un ovni, il n'y avait pas de compatibilité scientifique entre nous", et il a regretté que les questions qui y étaient discutées, comme celle du confinement "ne le concernaient pas".

Toujours convaincu de l'efficacité de l'hydroxychloroquine

Le professeur a réaffirmé l'efficacité de la molécule qu'il teste dans son service, l'hydroxychloroquine, en remettant en cause les autres essais : "Tout essai qui comporte plus de mille personnes est un essai qui cherche à démontrer des choses qui n'existent pas. Je suis désolé, c'est une base de la statistique :  et je vous assure que je suis un très bon méthodologiste."

"Je sais ce qu'est un essai : il y a une dizaine de traitements que j'ai inventés qui sont dans tous les livres de référence médicaux. Et celui-là y sera aussi, nous verrons." - Didier Raoult

Il a également répété devant la commission d'enquête que selon lui, certains détracteurs de l'hydroxychloroquine seraient financièrement liés au laboratoire Gilead, fabricant du Remdesivir, une autre molécule dont l'efficacité est testée dans le traitement du Covid-19.  

Didier Raoult a évoqué un écosystème, des "relations de familiarité de nature à changer le jugement des choses". Il a expliqué avoir été menacé de la part de "celui qui avait reçu le plus d'argent de Gilead depuis six ans", sans le nommer. Face aux demandes de précisions des députés, le microbiologiste les a notamment renvoyés à la consultation de la base de données Transparence Santé, qui recense les liens d'intérêt entre les entreprises et les acteurs du secteur de la santé.  

Les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine ont été interrompus le 18 juin par l'Organisation mondiale de la santé. Le médicament ne réduit pas le taux de mortalité des malades hospitalisés, selon plusieurs études citées par l'OMS.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu