Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée de prévention contre le cancer du sein à la clinique du Maine à Laval

-
Par , France Bleu Mayenne

Une femme sur huit risque de développer un cancer du sein. Chaque année, le dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie. Dans le cadre de la lutte mondiale contre ce cancer en octobre, Roche lance la 3e édition de l'opération Palp Action, pour apprendre à palper et détecter une grosseur.

A la clinique du Maine à Laval, une démonstration de palpation pour détecter les grosseurs
A la clinique du Maine à Laval, une démonstration de palpation pour détecter les grosseurs © Radio France - Romane Porcon

Laval, France

Dans le cadre de la lutte mondiale contre le cancer du sein en octobre, Roche lance la 3eme édition de l'opération "Palp Action". Des ateliers de sensibilisation et d'information ont lieu dans 100 centres hospitaliers en France ce mois ci. A la clinique du Maine à Laval, une journée de prévention s'est tenue hier grâce notamment à un buste en silicone mis à disposition pour s'entrainer à la palpation.

1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein   

La meilleure arme pour combattre le cancer du sein c'est la prévention. A la Clinique du Maine, une séance d'apprentissage de la palpation s'est tenue ce jeudi avec un buste en silicone où se cache des grosseurs. Un chirurgien de la clinique fait une démonstration : 'Ça commence par l'observation, dans la salle de bain debout devant la glace vous devez voir s'il y a des différences. Par exemple, s'il y a une modification récente de la couleur, un mamelon qui rentre un peu. Après vous vous allongez et examiner chaque sein avec la main de l'autre côté et vous palpez avec la main à plat. Si on prend deux minutes vous pourrez remarquer une grosseur." 

Justement c'est en faisant une palpation, que Sylvie détecte une grosseur à 40 ans. Depuis elle a subi une ablation du sein : "J'étais régulièrement sous ma douche à palper parce que j'ai eu des tantes qui ont eu et qui sont décédées du cancer du sein. Pour mon cas, j'ai senti une grosseur et je me suis faite sermonner parce que c'était déjà assez gros. C'est une bombe et je ne sais pas si c'est un déni mais c'est vrai que j'ai senti une grosseur et je ne suis pas allée voir le médecin tout de suite." D'où l’intérêt de consulter rapidement un médecin en cas de doute. Anne, elle à 48 ans, ne savait pas comment faire une palpation jusqu'à présent : "Régulièrement je regarde mais je ne suis pas sure d’être capable de diagnostiquer quoi que ce soit ou de sentir. C'est important d'avoir un cours. _Je ne savais pas qu'il fallait monter jusqu'à la base de la gorge._" Elle est prête maintenant à montrer les bons gestes à sa fille et à ses amies et compte bien le faire régulièrement. 40% des femmes en Mayenne font des mammographies, ce qui signifie que 60% ne le font pas. Il est conseillé de faire un dépistage tous les deux ans et une palpation soi-même tous les deux mois.    

Exposition de photos seins nus

Cécile et Sylvie ont subi une ablation du sein toutes les deux. Elles profitent de ce mois octobre rose pour exposer leurs photos dans le hall de la clinique du Maine à Laval, des photos seins nus. Elles assument leur ablation du sein, pour elle mais aussi pour toutes les autres personnes atteintes du cancer du sein. Elles sont fières de pouvoir assumer aujourd'hui leur poitrine. Cécile a eu un cancer du sein en 2013 et a du subir une ablation du sein gauche : "Je crois que j'ai accepté mon corps tel qu'il est aujourd'hui ça n'a pas été facile parce que je me souviens de la perte de cheveux, de la prise de poids, de l'ablation. Je ne reconnaissais plus mon corps, je pense qu'avec les photos on a fait une thérapie. On a appris à vivre avec notre corps, on a changé mais c'est nous."

Cécile et Sylvie ont subi une ablation du sein et sont fières de pouvoir assumer aujourd'hui leur poitrine  - Radio France
Cécile et Sylvie ont subi une ablation du sein et sont fières de pouvoir assumer aujourd'hui leur poitrine © Radio France - Romane Porcon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu