Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale contre le sida : le dépistage à Bordeaux

dimanche 1 décembre 2013 à 6:00 Par Mila Ta Ninga, France Bleu

En 30 minutes vous savez si oui ou non, vous êtes porteur du VIH. Ce dimanche matin, à l'occasion de la Journée Mondiale contre le sida, les bénévoles de l'association Aides s'installent au marché des Capucins à Bordeaux pour des dépistages, avant de se diriger l'après-midi vers le Sauna Hugo. Le Collectif 33 y installe son stand pour répondre à vos questions et vous orienter si nécessaire.

"Objectif zéro : zéro nouvelle infection du VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida ", c'est le thème de la Journée mondiale contre le sida depuis 2011, et ce jusqu'en 2015. En Aquitaine, l'Observatoire régional de la santé (ORS) et d'autres instances gardent l'oeil sur la situation épidémique dans la région. Pour 2012, les chiffres restent stables avec 200 diagnostics du VIH, 60 cas de sida et 35 décès dus à la pathologie.

En tout, 246 000 sérologies VIH ont été réalisées l'an dernier. Une progression qui va croissant. Le développement des dépistages rapides, les TROD, mis en place depuis 2010, ont fait la preuve de leurs efficacités  : c'est quatre fois plus de découvertes de séroposivité que dans l'offre de dépistage classique et trois fois plus que dans les centres de dépistages gratuits et anonymes.

D'ailleurs ce dimanche, à l'occasion de cette Journée Mondiale (mais aussi toute la semaine prochaine), le collectif Sida 33 organise des dépistages dans différents endroits de Bordeaux.  A commencer par le marché des Capucins de 10 h à 13 h. En trente minutes, vous êtes fixé. Des dépistages, mais aussi un flashmob et un bal concert samedi. Dimanche, place au match d'improvisation théâtral des Ligues d'improvisation au théâtre Victoire (18, rue des Augustins).

"Il faut se faire dépister. C'est navrant de toujours découvrir des personnes avec une séroposivité avancée" — Maryse Tourne, une des coordinatrices du Collectif Sida 33

 Le programme des journées mondiales contre le sida à Bordeaux

Dépistage du VIH : en 30 minutes vous savez si oui ou non vous êtes séropositif.

Les plus touchés : les jeunes homosexuels et les immigrés

Les chiffres sont là. Selon l'ORS d'Aquitaine, "les trois quarts des découvertes de séroposivité au VIH concernent les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes" . Ils sont d'ailleurs plus représentés en Aquitaine que dans l'ensemble de la France. Les jeunes de 15-24 ans représentent 15 % des découvertes, les adultes de 20-49 ans, 65 %, et les personnes de 50 ans ou plus, 20 %. Des proportions stables depuis dix ans.

En revanche, la progression est plus forte chez les personnes nées à l'étranger . Elle concerne un tiers des découvertes. Et alors que la proportion diminue au niveau national, en Aquitaine, elle a tendance à augmenter. Plus chez les femmes (60 %) que chez les hommes (17 %) .

La toxicomanie intraveineuse est toujours présente et pourtant elle a tendance à chuter (32 % à 16 % avant 2004 et pour la période de 2004 à 2012) par rapport à la contamination par des relations hétérosexuelles (15 % à 43 %).

Vous pouvez retrouver les chiffres clés en cliquant sur le lien suivant : >  Synthèse de contamination par le VIH en Aquitaine

Des autotests d'ici l'an prochain

D'ici l'année prochaine, des tests à faire soi-même devraient être disponibles. La possibilité de faire le test à la maison sans consultation médicale. En mars dernier, la Commission nationale du Sida a rendu un avis favorable.

Une demande d'une grosse partie des associations de lutte contre le sida. Pour autant, les associations se posent quelques questions quant au suivi du patient qui découvre, seul, sa séroposivité . Maryse Tourne, l'une des coordinatrices du Collectif sida 33, se pose aussi d'autres questions :

Auto-test du Sida : "Comment va réagir la personne qui découvre toute seule qu'elle est séropositive ?"

L'autotest est une arme de plus pour dépister le VIH. Il vient en complément des centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG), mais aussi des camions de dépistage qui sillonnent la France. Tout comme au sein d'associations agréées.

Et on a beau le répéter, ça fait toujours du bien de le lire une fois de plus. Un des meilleurs moyens accessibles de lutter contre le sida reste le préservatif. En France, on estime à 30 000 le nombre de personnes séropositives sans le savoir.