Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale de l'asthme : le CHU de Rennes s'intéresse à l'intérieur des habitations

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Au CHU de Rennes, on mène depuis 2017 une étude nationale sur l'intervention de conseillers en environnement intérieur au domicile des patients qui reçoivent toutes sortes de conseils pour notamment améliorer la qualité de l'air. Les résultats sont attendus en fin d'année.

1/4 des asthmatiques sont des enfants et des adolescents
1/4 des asthmatiques sont des enfants et des adolescents © Maxppp - Jean François Frey

Rennes, France

Ce mardi 7 mai, c'est la journée mondiale de l'asthme, une inflammation chronique des bronches qui touche selon les estimations entre 2.5 et 3 millions de personnes en France, dont la moitié sont des enfants et des adolescents. Le nombre de personnes touchées ne cesse  d'augmenter. Il faut dire que l'environnement a un rôle dans la maladie et la pollution de l'air n'y est pas pour rien. Mais l'environnement à la maison compte beaucoup aussi. 

De premiers résultats encourageants

Le CHU de Rennes a lancé en 2017, avec l'appui du ministère de la transition écologique et la direction générale de la santé, une étude nationale qui s'appuie sur de premiers résultats intéressants au niveau local. "Lors d'un travail de thèse d'un étudiant en médecine générale, on avait évalué l'intérêt d'un conseiller en environnement intérieur pour aller auditer, au sein du domicile des patients asthmatiques sévères, quels étaient les moyens de prévention pour éviter de nouveau une crise d'asthme sévère. Ce travail avait montré une nette amélioration un an après le passage du conseiller sur la qualité de l'air intérieur et sur la qualité de vie avec une diminution du nombre de médicaments et de consultations et hospitalisations" explique le professeur Jean-Pierre Gangneux, chef du service de parasitologie-mycologie au CHU de Rennes et qui coordonne cette étude. 

Une visite de 2 à 3 heures et des conseils à la fin

La visite d'un conseiller en environnement intérieur dure deux à trois heures au domicile du patient. Le professionnel scrute les modalités de chauffage, la présence d'animaux, de plantes, de moisissures, des acariens, etc. Un compte rendu est ensuite effectué avec des préconisations. 

Certaines ont un coût : il faut parfois faire des travaux comme réparer une fuite d'eau pour éviter l'humidité ou acheter une couette anti acariens. D'autres conseils sont tous simples et peuvent améliorer la vie des patients : ouvrir la fenêtre 15 à 20 minutes par jour, ne pas dormir avec son animal, utiliser correctement le sèche linge, etc.

Et si c'était remboursé ?

On trouve aujourd'hui des conseillers en environnement intérieur dans les hôpitaux, les associations ou dans les municipalités. Le médecin généraliste peut prescrire l'intervention d'un de ces conseillers mais ça a un prix : entre 200 et 300 euros. Si les résultats de l'étude nationale montrent l'efficacité de ces interventions pour les patients, "l'objectif c'est de pousser la direction générale de la santé à réfléchir au remboursement. 200 à 300 euros, c'est beaucoup moins que le prix d'une nuit aux urgences ou en réanimation pour un patient asthmatique sévère" explique le professeur Jean-Pierre Gangneux. 

Les résultats de cette étude nationale sont attendus en fin d'année 2019 ou début 2020. 

Choix de la station

France Bleu