Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale de l'AVC : quels symptômes à repérer et quels réflexes à adopter ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

À l'occasion ce mardi de la journée mondiale de l'AVC, accident vasculaire cérébral, les associations le rappellent : traité dans les 4 heures à partir des premiers symptômes, un AVC peut ne laisser aucune séquelle. Il faut donc appeler en priorité le Samu en composant le 15.

Pris en charge à temps, un AVC peut ne laisser aucune séquelle
Pris en charge à temps, un AVC peut ne laisser aucune séquelle © Radio France - Olivia Cohen

Dijon, France

Peut-être cela vous est arrivé ou à l'un de vos proches. Ce mardi 29 octobre, c'est la journée mondiale de l'AVC, accident vasculaire cérébral, une pathologie qui touche une personne toutes les 5 secondes dans le monde. Le plus souvent, c'est une artère qui se bouche. Le phénomène risque de s'aggraver dans les années à venir : l'OMS table sur 23 millions de cas en 2030 contre 16 millions en 2005. 

Plus la prise en charge est rapide, moins les séquelles seront importantes

La prévention représente un enjeu essentiel. D'abord pour limiter les facteurs aggravants : il faut éviter la consommation abusive d'alcool, avoir une alimentation équilibrée et pratiquer un sport. Et puis, il faut apprendre à repérer les symptômes et adopter les bons réflexes en cas d'AVC.

Camille et Margaux, bénévoles chez France AVC, ont participé à une opération de sensibilisation au marché couvert des halles de Dijon le week-end dernier. Elles répètent inlassablement les symptômes, signes que la personne est en train de faire un AVC : "Paralysie du visage, d'un bras, d'une jambe d'un côté du corps, troubles du langage, perte de la vue et de la sensibilité."

J'ai pu repartir sur mes deux jambes en serrant la main de mon neurologue

Traité à temps, dans les 4 heures qui suivent les premiers symptômes, un AVC peut ne laisser aucune séquelle. Alain Morino Ros, président pour la Côte d'Or de l'association France AVC, en est la preuve. Il a fait un AVC il y a 12 ans et il s'en est sorti : "Je conduisais sur l'autoroute, ma vue s'est intégralement brouillé, j'ai réussi à me garer, mon épouse a aussitôt appelé le 15."

Elle a eu le bon réflexe : "On m'a traité pour éviter une récidive, j'ai pu repartir de l'hôpital huit jours après, sur mes deux jambes et en serrant la main de mon neurologue préféré !", raconte dans un sourire Alain Morino Ros qui, après cette aventure, a décidé de s'engager dans France AVC.

Si un proche fait un AVC, ne l'emmenez pas vous-même à l'hôpital mais composez le 15, le numéro du Samu, ce qui permettra une prise en charge plus rapide et plus sécurisée.

Choix de la station

France Bleu