Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée d'information et de prévention de l'AVC au CHU de Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le 29 octobre, c'est la Journée mondiale de lutte contre l'AVC (accident vasculaire cérébral). Pour l'occasion, le centre hospitalier universitaire de Nîmes a organisé une journée d'information et de prévention pour faire mieux connaître les AVC et mieux les prévenir.

Les stands d'information dans le hall du CHU de Nîmes.
Les stands d'information dans le hall du CHU de Nîmes. © Radio France - Alexia Cappuccio

Nîmes, France

Communément appelée "AVC" ou "attaque cérébrale", l'accident vasculaire cérébral peut avoir des conséquences dramatiques. C'est l'une des premières causes de décès en France, et peut également handicaper lourdement ceux qui en sont victimes. On décompte un mort par AVC toutes les quatre minutes.

Prévenir et informer pour une meilleure prise en charge

C'est tout l'enjeu de cette journée organisée au CHU de Nîmes : prévenir, informer, afin que les victimes et les proches aient les bons réflexes. Lisa Hours est infirmière référente AVC à l'hôpital Carémeau : après avoir décrit les symptômes d'une attaque cérébrale (paralysie, fourmillement, troubles de la vision...), elle insiste sur la nécessité d'un diagnostic et d'une prise en charge rapides. "Le patient doit passer une IRM dans les 20 minutes qui suivent l'attaque pour être diagnostiqué et si besoin, être placé sous traitement". 

Des risques qui peuvent être réduits

Lisa Hours explique que les risques d'être victime d'un AVC peuvent être réduits jusqu'à 80%, notamment en ayant une bonne hygiène de vie : "Arrêter totalement le tabac, pas de consommation excessive d'alcool, une alimentation équilibrée... et bien surveiller sa tension !

Si vous êtes témoin ou victime d'une attaque cérébrale, Lisa Hours a un seul conseil à donner : appelez le 15. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu