Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale de lutte contre l'AVC : les très jeunes et les femmes eux aussi concernés

lundi 29 octobre 2018 à 17:45 Par Olivia Cohen, France Bleu Limousin et France Bleu

À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'AVC ce lundi, les autorités rappellent que les femmes et les très jeunes sont également concernés par cette maladie qui peut laisser de graves séquelles. Pour limiter les risques, il faut adopter une bonne hygiène de vie et faire du sport.

Les femmes sont les premières victimes, notamment à cause de l'association tabac-pilule
Les femmes sont les premières victimes, notamment à cause de l'association tabac-pilule © Radio France - Olivia Cohen

Limoges, France

"Enfants, adultes, hommes, femmes, seniors, nous sommes tous concernés", rappelle la campagne de sensibilisation à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'AVC ce lundi, une maladie qui fait plus de 140.000 victimes par an en France. Une personne sur six aura un AVC dans sa vie et pas que des personnes âgées. 

En effet, près de 25% des AVC surviennent avant 65 ans et ça ne va pas aller en diminuant : de plus en plus de jeunes sont hospitalisés pour un AVC. En cause : hypertension artérielle, diabète, obésité, tabac et alcool sans oublier les drogues et la pollution atmosphérique. 

Les moins de 30 ans concernés

On recense environ 17.000 AVC par an en Nouvelle-Aquitaine, dont 2.200 en Limousin. À Limoges, une équipe médicale rayonne dans le secteur et rend visite à domicile aux victimes d'AVC sur demande du patient. L'équipe est dirigée par le docteur David Bernikier. 

Sur la centaine de patients suivie en moyenne par an par le docteur Bernikier, figurent deux à trois jeunes de moins de 30 ans : "Ce qui aggrave le risque de faire un AVC avant la barre des 30 ans, c'est la prise régulière et combinée de drogue, notamment de cannabis, et d'alcool. Si cette consommation de drogue et d'alcool se banalise, c'est là que ça devient inquiétant ! J'ai été confronté à des situations très dures, avec des jeunes qui deviennent grabataires et totalement dépendants, à la suite d'un AVC."

Les moins de 30 ans, de plus en plus concernés par l'AVC - Reportage : Olivia Cohen

Les femmes, premières victimes

Les femmes, quel que soit leur âge, sont elles aussi concernées. Avant le cancer du sein, il y a l'AVC, première cause de mortalité chez les femmes : elles sont plus de 50.000 à être hospitalisées chaque année pour un accident vasculaire-cérébral et près de 20.000 succombent. 

Les femmes vivent plus longtemps donc elle sont plus exposées. Parmi les facteurs déclencheurs : l'association pilule et cigarette, un cocktail particulièrement dangereux, surtout si la patiente est migraineuse ou diabétique. La grossesse et la ménopause avec traitement hormonal substitutif sont également des périodes à risque. 

Après un AVC, une femme sur deux se retrouve avec un handicap moteur, c'est-à-dire un bras ou une jambe paralysée ou des difficultés d'élocution. Mais le handicap peut également être invisible : problèmes de mémoire, d'attention, dépression, anxiété et cela peut aller jusqu'aux troubles sexuels. 

Pour limiter les risques, et c'est valable pour toutes les catégories de population, une hygiène de vie correcte s'impose avec moins de tabac, moins de sucre et du sport régulièrement, à savoir 10.000 pas par jour au minimum.

Les femmes premières concernées par l'AVC - Aucun(e)
Les femmes premières concernées par l'AVC - SFNV