Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale de lutte contre le sida : "on n'en guérit pas, prendre un risque c'est pour toute la vie"

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

2.300 personnes vivent avec le sida en Bourgogne-Franche-Comté, sans compter les 100 à 200 malades qui vivent avec le VIH sans le savoir dans la région. Dépistage et protection : on en parle en cette journée mondiale de lutte contre le sida grâce aux témoignage d'Emmanuel, séropositif.

Près de 6 200 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2018
Près de 6 200 personnes ont découvert leur séropositivité en France en 2018 © Radio France - Sophie Allemand

Bourgogne-Franche-Comté, France

Comme chaque 1er décembre, c'est la journée mondiale de lutte contre le sida. Près d'une personne sur cinq atteinte du sida dans le monde ne le sait pas, il est donc important de se faire dépister et de se protéger

30 % des bourguignons découvrent leur séroposivité à plus de 50 ans

Un chiffre qui est plus haut que la moyenne. "C'est plus compliqué pour les personnes dépistés à un état avancé de la maladie d'être sous traitement et surtout il y a un grand risque de développer des maladies opportunistes ou des cancers," explique Emmanuel Bodoignet, président de l'association AIDES en Bourgogne Franche Comté.

Il est recommandé de se faire dépister tous les trois mois quand on a vécu des situations à risque. 

"C'est une maladie qui ne se guérit pas et que l'on porte à vie"

Vivre avec le sida, c'est un quotidien plein de difficultés rappelle Emmanuel Bodoignet. Le président d'Aides âgé de 24, lui même touché précise,"aujourd'hui on vit avec le VIH, mais c'est une maladie qui ne se guérit pas et que l'on porte à vie. Cela peut entraîner des complications au quotidien. Au delà du fait qu'il y a un comprimé au minimum à prendre par jour, il y a des effets secondaires. Les traitements sont pas au top du top : on en meurt pas dans les six mois mais il y a plus de risques d'avoir un cancer ou de développer des maladies auto-immunes".

"Faut pas l'oublier : quand on prend un risque, on prend un risque d'avoir une MST, mais aussi d'avoir des difficultés toute sa vie" - Emmanuel Bodoigniet 

"Il y a encore deux jours j'étais à l'hôpital parce que j'ai récupéré une autre maladie auto-immune à cause de mon VIH. La maladie que j'ai depuis deux ans est aujourd'hui stabilisée mais elle entraîne des complications" explique le jeune-homme. "Faut pas l'oublier, ajoute-t-il, quand on prend un risque, on prend un risque d'avoir une MST, mais aussi d'avoir des difficultés toute sa vie : une personne qui a le sida a plus de chances de finir aux urgences pour plein de raisons, on a un système immunitaire plus fragile".

→ Un rendez-vous à noter ce dimanche 1er décembre dans le cadre de cette journée mondiale de lutte contre le sida, l'association AIDES organise une journée spéciale aux Tanneries à Dijon avec du dépistage gratuit de 13 h à 21 heures. Il y aura aussi des animations et des débats.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu