Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale du don d'organes : plus de 20.000 personnes en attente d'une greffe en France

-
Par , France Bleu

Ce lundi se tient la journée mondiale du don d'organes et de la greffe, sous l'égide des Nations unies. En France l'an dernier, plus de 20.000 malades étaient en attente d'une greffe.

En 2015, 553 Français sont morts alors qu'ils attendaient une greffe
En 2015, 553 Français sont morts alors qu'ils attendaient une greffe © Maxppp -

L'angoisse de l'attente est une réalité pour des milliers de Français qui ont besoin d'une greffe. La journée mondiale du don d'organes, ce lundi comme chaque 17 octobre, est l'occasion de le rappeler, d'autant qu'entrera bientôt en vigueur une évolution de la loi française à ce sujet.

Mourir faute de transplantation

En France en 2015, 21.400 personnes étaient en attente d'une greffe (7638 personnes se sont inscrites sur les listes dans l'année, âgées en moyenne de 52 ans), tandis que 5.746 organes ont été greffés cette même année. C'est 389 de plus qu'en 2014 et surtout 35% de plus qu'il y a dix ans. Mais ce sont cependant 553 personnes qui sont mortes en 2015 alors qu'elles étaient en attente d'une greffe dont 266 personnes en attente d'un rein, 181 en attente d'un foie et 78 personnes en attente d'un cœur.

Bientôt tous "donneurs présumés"

En France, chacun est désormais considéré comme un "donneur présumé". À partir du 1er janvier 2017, la famille d'un défunt sera informée mais non plus consultée. Au nom du principe de solidarité, la loi fait de chaque citoyen un donneur d’organes et de tissus, sauf s’il a fait savoir de son vivant qu’il y était opposé en s'inscrivant sur le registre national des refus.

  - Visactu
© Visactu -