Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Journée mondiale pour le droit à l'IVG : 671 avortements à Pau l'année dernière

mercredi 27 septembre 2017 à 19:26 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

Ce mercredi c'est la journée mondiale pour le droit à l'avortement. Un peu plus de 200 000 IVG sont pratiquées chaque année en France. En Béarn, les femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse peuvent se rendre à l'hôpital d'Oloron ou à celui de Pau.

Isabelle Famose, l'une des sages-femmes, dans le bureau d'accueil
Isabelle Famose, l'une des sages-femmes, dans le bureau d'accueil © Radio France - Axelle Labbé

En 2015, 203 463 interruptions volontaires de grossesse ont été pratiquées en France. Un chiffre stable depuis le vote de la loi Veil en 1975. Chez nous en Béarn, les femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse peuvent se rendre à l'hôpital d'Oloron ou à celui de Pau. Le centre hospitalier de Pau a réalisé 671 interruptions volontaires de grossesse l'an dernier. Quasiment deux par jour. On est dans la moyenne nationale.

Ces centres accueillent toutes les femmes, mineures ou majeures, quelle que soit leur nationalité. L'intervention est prise en charge à 100% par la sécurité sociale. Les femmes qui le souhaitent peuvent aussi bénéficier d'un suivi psychologique. La loi prévoit également qu'un médecin, un gynécologue ou une sage-femme conventionnés puissent procéder aux IVG médicamenteuses, mais il y en a très peu en Béarn. Et cela peut poser problème par exemple pour une adolescente qui vit dans les vallées.

Pour certaines femmes, c'est le seul moment où on leur accorde un temps de parole et où on n'est pas dans le jugement - Anne-Marie Saubat, sage-femme

Le but des centres qui pratiquent l'IVG, en Béarn comme ailleurs, est d'arriver à diminuer le nombre d'interventions explique Anne-Lise Chuilon, sage-femme coordinatrice au Centre hospitalier de Pau : "en terme de santé publique, l'objectif est d'essayer de faire diminuer ce nombre d'IVG en donnant une information autour de tout ce qui tourne autour de la contraception. Nos conseillères conjugales interviennent en milieu scolaire pour justement sensibiliser les jeunes à cette éducation à la santé sexuelle, à la contraception pour faire diminuer le nombre d'IVG".

Anne-Marie Saubat, sage-femme, reçoit les patientes dans cette salle d'examen - Radio France
Anne-Marie Saubat, sage-femme, reçoit les patientes dans cette salle d'examen © Radio France - Axelle Labbé

Au centre hospitalier de Pau, la plupart des interventions sont réalisées dans le service d'orthogénie , c'est à dire le centre médico-social pratiquant les IVG : un espace dédié, un peu à l'écart de la maternité. Le local est toujours fermé à clé, pour garantir la confidentialité aux patientes. Il y a trois chambres, qui peuvent accueillir cinq patientes par jour.

Anne-Marie Saubat, sage-femme, vous fait visiter les locaux

Sandrine Heckmann, coordinatrice du planning familial à Pau, était notre invitée jeudi à 8 heures. Une interview à réécouter ici.