Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Julien, autiste, découvre la course à pied grâce au confinement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Il court, il court, Julien ! Ce jeune autiste de 14 ans ne supportait pas le confinement, enfermé dans l'appartement de sa maman, Magali, jusqu’à ce qu'il découvre la course à pied, grâce à une intuition géniale de sa mère. Une révélation, un peu comme dans le célèbre film : Forrest Gump.

Julien et sa maman, Magali, courant dans les rues de Saint Martin d'Hères, lors de leur footing quotidien
Julien et sa maman, Magali, courant dans les rues de Saint Martin d'Hères, lors de leur footing quotidien -

Julien, 14 ans, est accueilli tous les jours dans un centre spécialisé pour autistes, à Grenoble, le Tremplin Autisme Isère. Mais à cause du Covid-19 et du confinement, le centre a fermé et depuis le 15 mars dernier, julien est retourné vivre à Saint Martin d'Hères (Isère), chez sa maman, Magali, qui en a la garde alternée avec le père de Julien.

"Julien voudrait courir tout le temps !" - Magali, la mère de Julien, jeune homme autiste âgé de 14 ans

Magali, la maman de Julien, raconte comment elle a fait découvrir la course à pied à son fils autiste

La course comme antidote aux crises d'angoisse

Très perturbé, ne retrouvant pas ses repères, obligé de rester enfermé, Julien a très vite fait une crise et a tout cassé dans l'appartement de Magali. Alors, celle-ci a eu l'idée de faire le tour de son quartier, avec lui, en courant. "Julien a un énorme besoin de se dépenser. On faisait beaucoup de vélo, ensemble, sur de longues distances. Mais cela est impossible, en période de confinement, même si depuis la réglementation s'est un peu assouplie pour les personnes autistes." explique Magali. "Alors, un jour, je lui ai dit :  allez, viens, on va courir. Et c'était parti !"

Julien, qui ne parle pas, a découvert la course à pied et il est accro : "Il voudrait sortir plusieurs fois par jour ! Il me montre ses baskets, me fait des signes. Alors, quand c'est le moment d'aller courir dans notre quartier, je ne le retiens plus. Vous savez, un peu comme ces chiens de traîneau qui n'attendent que le signe du musher pour s'élancer !" s'amuse Magali. Quand il rentre à la maison, Julien est zen : "Depuis que l'on court, il n'a plus fait aucune crise. Il va même mieux qu'avant le confinement ! Le Covid-19 nous aura au moins permis de faire cette découverte, Julien adore courir !"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Objectif : inscrire Julien dans un club d'athlétisme

Magali voudrait maintenant inscrire son fils au GUC Athlétisme, qui se trouve tout près du centre où Julien vit habituellement :"J'espère qu'il sera accueilli dans ce club, quand on sortira du confinement et que les clubs sportifs pourront reprendre leurs activités." 

Pour Magali, la course à pied, elle en est certaine, est un facteur intégration pour son fils : "Il va apprendre à aller vers les autres et les autres athlètes le verront, je l'espère, comme un sportif comme eux !" Joyeuse, Magali lance alors à son fils : "Allez, Julien ! On y va ?" Et les voila partis pour leur footing quotidien. Si Magali a de plus en plus de mal à suivre Julien, qui court de plus en plus vite, elle s'accroche : "Je suis tellement heureuse de voir mon fils heureux !", lâche-t-elle dans un grand sourire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess