Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Kinés tourangeaux touchés par le coronavirus : "un lien évident" avec le manque de masques pour l'Ordre 37

-
Par , France Bleu Touraine

L'Ordre des kinésithérapeutes d’Indre-et-Loire a enquêté auprès des kinés tourangeaux pour savoir combien d'entre eux avaient été infectés par le coronavirus dans l'exercice de leurs fonctions. Pour l'organisme, le manque de masques du début de la crise a favorisé les contaminations.

12% des kinés tourangeaux ont été touchés par le coronavirus, selon une enquête menée par l'Ordre des kinés 37
12% des kinés tourangeaux ont été touchés par le coronavirus, selon une enquête menée par l'Ordre des kinés 37 © Maxppp - Guillaume Bonnefont / Maxppp

Combien de professionnels de santé ont-ils été infectés par le Covid-19 dans l’exercice de leurs fonctions ? C’est l’une des nombreuses questions qu’a posé cette crise sanitaire, et à laquelle devra être apporté une réponse dans les prochains mois. 

L’Ordre des kinésithérapeutes d’Indre-et-Loire a mené sa propre enquête. Il a envoyé des questionnaires aux 700 kinés du département. Il a pour l’instant reçu plus de 200 réponses, un retour qu’il estime significatif. D’autant que pour l’organisme, les chiffres parlent d’eux-mêmes. 

Des kinés sans masques pendant une douzaine de jours...

Il en ressort que 12% des kinés ont été touchés par le coronavirus, plus ou moins gravement. Parmi eux, 9% sont des professionnels libéraux, le reste, les 3%, travaille notamment à l’hôpital.

Et même si ces chiffres sont à prendre avec prudence puisque tous les kinés n’ont pas encore répondu, c’est quand même la preuve pour Pascal Rivière, le président de l’Ordre des kinésithérapeutes 37, qu’il y a un lien évident entre ces contaminations et le manque de masques dont la profession a souffert au début de la crise. 

... Et donc beaucoup plus exposés

Les kinés qui ont été au plus proche des personnes contaminées, dans les hôpitaux, ont finalement été moins touchés par le Covid que ceux qui étaient réputés plus éloignés, en l’occurrence ces 25% de kinés libéraux qui avaient choisi de continuer à travailler malgré le confinement, pour venir notamment en aide à tous ceux dont les soins ne pouvaient pas être reportés. L’explication pour Pascal Rivière, c’est que pendant une douzaine de jours, ceux-ci n’ont pas fait partie des professionnels qui bénéficiaient d’une dotation de masques par l’Etat, et que sans protection, ils ont donc été beaucoup plus exposés.

Ces contaminations auraient dû être évitées - Pascal Rivière, président de l'Ordre des kinés 37

L’Ordre des kinésithérapeutes d'Indre-et-Loire ne déplore pour autant aucun mort dans ses rangs, on ne parle pas de mise en danger de la vie d’autrui dit son président, mais quand même, "dans un pays riche, il est consternant de considérer qu’on a fait des arbitrages" entre professionnels, ces contaminations "auraient sans doute dû être évitées, auraient pu être évitées". "On en est pas au stade de demander que soient recherchées les responsabilités, mais c'est un constat. En ne permettant pas aux kinés d'être convenablement protégés, on les a exposés". 

Lui ne trouve d’ailleurs "pas surprenant" toutes ces mises en cause judiciaires de l’exécutif pour sa gestion de la crise, que l’on voit "fleurir" depuis quelques semaines (plus de 50 plaintes a priori déjà déposées devant la Cour de justice de la République en l’espace de six semaines, elles émanent de particuliers, d’associations ou de syndicats).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu