Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'agence régionale de santé annonce la fermeture définitive de la maternité de Pithiviers

mardi 28 juin 2016 à 16:24 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

L'agence régionale de santé a décidé du retrait définitif de l’autorisation d’obstétrique du centre hospitalier de Pithiviers et de la création d’un centre périnatal de proximité. Entre les lignes, cela signifie que la maternité de Pithiviers va bel et bien fermer malgré un combat de 4 mois.

La mobilisation pour la maternité de Pithiviers aura été vaine
La mobilisation pour la maternité de Pithiviers aura été vaine © Radio France - Anne Oger

Pithiviers, France

Dans un communiqué envoyé ce mardi 28 juin, l'agence régionale de santé annonce la fermeture définitive de la maternité de Pithiviers. Elle est transformée en centre de périnatalité. Les manifestations, les actions menées par les élus, le rendez-vous avec la ministre de la santé Marisol Touraine n'auront servi qu'à retarder une décision qui paraissait inéluctable.

Voici le communiqué de l'ARS:

L’ARS Centre-Val de Loire confirme la création d’un centre périnatal de proximité à l’hôpital de Pithiviers et apporte son soutien à l’établissement. Après un examen approfondi et très précis des éléments transmis par le Centre Hospitalier de Pithiviers, l’ARS Centre-Val de Loire constate que l’établissement n’est pas parvenu, malgré les financements disponibles et malgré tous les efforts menés en ce sens y compris par les pouvoirs publics, à recruter une équipe médicale stable et complète à même d’assurer le fonctionnement sécurisé de la maternité. La commission spécialisée de l’organisation des soins (CSOS) réunie le 21 juin, avait constaté la fragilité structurelle de l’organisation médicale de la maternité et s’était prononcée en faveur de l’arrêt des accouchements à Pithiviers. Cette commission avait pu entendre la direction du Centre Hospitalier, ainsi que des représentants du personnel et des usagers, avant de rendre son avis. C’est pourquoi l’ARS confirme aujourd’hui le retrait définitif de l’autorisation d’obstétrique de l’hôpital et la création d’un centre périnatal de proximité (CPP) qui continuera d’assurer sur place, dans une organisation innovante reprenant l’ensemble de l’équipe de la maternité de Pithiviers, le suivi anté- et post-natal des parturientes et des nouveau-nés. Il s’agit d’un vrai projet alternatif et ambitieux, qui intègrera l’éducation à la santé et la prévention. Au-delà de l’obstétrique, le centre hospitalier de Pithiviers sera soutenu par l’ARS pour conforter dans le cadre des coopérations territoriales sa réponse aux besoins de la population, notamment dans les domaines des urgences, des filières médicales et des consultations de spécialités.

Les accouchements étaient déjà suspendus depuis le 10 juin. Le dossier avait été porté jusque devant la ministre de la Santé. Malgré tout, la maternité n’est pas parvenue à recruter une équipe médicale stable et complète selon l'ARS. L'argument ne convainc pas le docteur François Guillemont, président de l'Association "A Pithiviers l'hôpital c'est vital."

Pour le docteur François Guillemont, la ministre de la santé fait des économies sur le dos des patients

Je ressens de la déception et de l'amertume parce que nous nous sommes beaucoup battus pour sauver cette maternité - le sénateur PS Jean-Pierre Sueur

Les défenseurs de la maternité se retrouvent ce mardi soir devant la Mairie de Pithiviers où se tient un Conseil Municipal.

Depuis 4 mois, les usagers et les élus du secteur s'étaient mobilisés pour sauver la maternité. La députée (LR) Marianne Dubois et le sénateur (PS) Jean Pierre Sueur se sont beaucoup impliqués pour trouver une solution. Le sénateur du Loiret avait même plaidé le dossier auprès de la Ministre de la Santé, Marisol Touraine. Il avait donné des noms de médecins à l'ARS, prêts à venir à Pithiviers mais visiblement, cela n'a pas suffi d'où l'amertume de Jean-Pierre Sueur: "Je ressens de la déception parce que nous nous sommes beaucoup battus et je ne suis pas convaincu par la lettre de la directrice de l'ARS. Elle liquide en 15 lignes tous les efforts faits pour assurer la permanence des soins."

La réaction de Jean-Pierre Sueur, le sénateur PS du Loiret

La fin de l'histoire de la maternité de Pithiviers, après 4 mois de mobilisation et presque 20 ans de sursis

En 1997, une maman décède à la maternité de Pithiviers, à la suite d'un accident d'anesthésie. Après un rapport alarmant de l'Igas, l'inspection générale des affaires sanitaires, le ministre Bernard Kouchner décide de la fermer, il vient s'expliquer face à des habitants très en colère. C'était à l'époque une maternité modèle, on venait de très loin accoucher dans l'eau, sans douleur. Il la rouvre, 6 mois plus tard. Mais depuis, la désertification médicale s'est amplifiée, chaque année l'hôpital de Pithiviers peine à trouver des médecins, l'intérim est trop important. Le 1er mars 2016, l'agence régionale de santé vient faire une inspection, il y a des trous dans les plannings de garde. Les experts veulent la fermer tout de suite, mais le dossier est sensible. Ils accordent donc du temps à l'hôpital pour recruter des médecins. Les candidats n'ont pas les diplômes qu'il faut, aucune solution n'est trouvée. La suspension des accouchements est annoncée le 10 juin. Nouveau sursis, la ministre, Marisol Touraine cette fois promet une expertise. Mais le retrait de l'autorisation obstétrique est annoncé ce 28 juin 2016. Le droit de pratiquer des accouchements est cette fois définitif. La ministre ne sera pas venue à Pithiviers, les temps ont changé...