Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'agence régionale de santé confirme la fermeture de la maternité d'Oloron-Sainte-Marie

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque

INFO FRANCE BLEU BEARN - L'agence régionale de santé a tranché : la maternité d'Oloron sera bien transformée en centre périnatal de proximité. Elle fermera ses portes le 20 décembre.

La maternité d'Oloron fermera ses portes le 20 décembre
La maternité d'Oloron fermera ses portes le 20 décembre © Radio France - Axelle Labbé

Oloron-Sainte-Marie, France

Dans un communiqué publié ce mercredi main, l'agence régionale de santé confirme la fermeture de la maternité d'Oloron et sa transformation en centre périnatal de proximité. "À ce jour, la démarche de recrutement n’a pas porté ses fruits. Le nombre actuel de médecins n’est pas suffisant pour garantir les conditions de sécurité et de qualité des prises en charge à long terme, précise le communiqué. En conséquence, l’ARS fait le choix d’assurer un parcours de soins sécurisé et de proximité en mettant en place un centre périnatal de proximité".

Une forte chute de l'activité

Parmi les motifs invoqués, une forte chute de l’activité. "320 accouchements en 2014, 313 en 2015, 271 en 2016 et 145 accouchements au 27 septembre 2017. De plus, 70% des femmes enceintes du territoire préfèrent accoucher dans les maternités de Pau ou de Saint-Palais", détaille l'ARS.

Le maire d'Oloron, Hervé Lucbéreilh, a fait appel à un chasseur de tête pour recruter des médecins. Mais cela n'a apparemment pas suffi. Selon l'ARS , sur 12 candidatures proposées et étudiées :

  • quatre candidatures ne comportaient ni curriculum vitae, ni coordonnées (deux gynécologues, deux pédiatres),
  • un candidat n’a pas souhaité se déplacer pour l’entretien qui lui était proposé (un pédiatre),
  • trois candidats n’ont pas souhaité donné suite à leur candidature notamment pour des raisons géographiques,
  • un candidat disposait d’un diplôme étranger ne permettant pas d’exercer directement en France (un gynécologue),
  • deux candidats souhaitaient des rémunérations dérogatoires du droit commun et donc illégales (un gynécologue, un pédiatre), le premier ne voulant pas d’un fonctionnement conjoint Pau-Oloron.

Une seule candidature de gynécologue subsiste, mais le candidat conditionne sa venue à la présence effective d’une équipe médicale complète de praticiens fixes sur Oloron et à un exercice partagé entre Pau et Oloron.

Un suivi pré et post-natal au centre périnatal

L'agence régionale de santé poursuit : "L’activité de la maternité se poursuivra donc jusqu’au 20 décembre 2017. L’autorisation d’activité de la maternité ne sera pas renouvelée et dès la fermeture de la maternité, le centre périnatal de proximité prendra le relais pour proposer un suivi pré et post-natal de proximité aux femmes en complément de la maternité de Pau. Ce dispositif sera complété par des consultations avancées de gynécologues et de sages-femmes au sein de maisons de santé ou de cabinets médicaux, notamment au sein de la maison de santé pluridisciplinaire de Bedous en vallée d’Aspe."

L'ARS conclut enfin : "Cette décision, prise dans de nombreux territoires français (en 1975, 1 369 maternités existaient ; en 2015, on en dénombrait 523) permet, compte tenu de la démographie médicale, de limiter au maximum les risques pour la sécurité des mamans et des bébés du territoire d’Oloron".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu