Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : l'Allemagne, premier pays européen à utiliser le traitement de Donald Trump contre le Covid-19

-
Par , France Bleu

L'Allemagne a acheté 200.000 doses de ce traitement expérimental à base d'anticorps de synthèse pour un coût total de 400 millions d'euros. Cette thérapie vantée par l'ancien président des Etats-Unis sera utilisée dès la semaine prochaine.

L'Allemagne devient le premier pays de l'Union européenne à délivrer le traitement contre le Covid-19 administré à Donald Trump.
L'Allemagne devient le premier pays de l'Union européenne à délivrer le traitement contre le Covid-19 administré à Donald Trump. © Maxppp - RAINER KEUENHOF

Le traitement contre le Covid-19 administré à Donald Trump sera utilisé en Allemagne la semaine prochaine. C'est le premier pays de l'Union européenne à distribuer cette thérapie. Le gouvernement allemand a commandé 200.000 doses pour 400 millions d'euros. Le coût d'une dose est donc estimé à 2.000 euros

Une piste sérieuse ?

Ce traitement à base d'anticorps "monoclaux" sera prodigué dans des hôpitaux universitaires a annoncé dimanche le ministre de la Santé Jens Spahn. Il représente un nouvel espoir puisque ces anticorps "fonctionnent comme une vaccination passive, explique le ministre allemand. Administrer ces anticorps durant les phases initiales de l'infection peut aider les malades à haut risque à éviter une évolution plus grave." 

Il sera délivré au cas par cas par les médecins s'ils le jugent approprié en prévention d'une "maladie grave ou des hospitalisations parmi certains groupes à risques." Cette thérapie sera gratuite pour les malades

Deux versions de ce traitement ont été approuvées en novembre dernier aux Etats-Unis mais ne le sont pas encore par les autorités sanitaires européennes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess