Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'ancien médecin de la police du Grand Est radié après sa condamnation pour agressions sexuelles

Condamné définitivement par la justice, le Dr Frey est maintenant sanctionné sur le plan professionnel. L'ancien médecin de la police dans tout le Grand Est vient d'être radié du tableau de l'ordre des médecins.

Bureau de médecin, stéthoscope (Illustration)
Bureau de médecin, stéthoscope (Illustration) © Radio France - Cyrille Ardaud

Basé à Metz, l'ancien praticien âgé de 65 ans, a été condamné définitivement pour agressions sexuelles sur 8 jeunes policières lors de visites médicales à Reims (après son procès en 1er instance en 2019 et en appel en 2020). Pour des faits similaires, il sera aussi renvoyé cet automne devant le tribunal correctionnel de Metz après 12 nouvelles plaintes. La chambre disciplinaire de l'ordre des médecins du Grand Est s'est prononcée sur sa radiation le 7 mai dernier, après avoir été saisie par le Conseil de l'ordre des médecins de la Moselle. 

La radiation, la sanction la plus sévère

En le radiant du tableau de l'ordre des médecins, la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins du Grand Est lui interdit tout exercice de la médecine, "c'est la sanction la plus sévère", précise Me Stanislas Louvel, l'avocat de l'ordre des médecins de la Moselle. "Le Conseil de l'ordre est là pour faire appliquer le code de déontologie, or ces condamnations pour agressions sexuelles sont incompatibles avec la pratique médicale", ajoute-t-il. 

L'instance disciplinaire n'a pas été convaincue par les arguments de l'ancien médecin de la police du Grand Est qui conteste toujours avoir agressé sexuellement de jeunes policières. 

Devoir d'information et de consentement

Pour la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins du Grand Est, il aurait du informer ses patientes qu'il allait pratiquer des palpations. Et en ne le faisant pas, il a manqué au devoir d'information et de consentement qui fait partie de l'éthique médicale, précise l'instance disciplinaire qui ne croit pas non plus que ces gestes étaient nécessaires pour dépister un cancer, comme l'a avancé le Dr Frey. Aucun autre médecin de la police n'avait ces pratiques. 

Le Dr Frey peut encore faire appel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess