Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'AP-HP recherche 500 volontaires pour évaluer l'efficacité de la cigarette électronique

-
Par , France Bleu Paris

L'AP-HP a besoin de 500 fumeurs prêts à arrêter de fumer. Comme aide au sevrage tabagique, les volontaires auront droit à la cigarette électronique, avec ou sans nicotine, afin de savoir si cette dernière peut être efficace pour arrêter de fumer.

1,7 million de Français utilisent la cigarette électronique.
1,7 million de Français utilisent la cigarette électronique. © Maxppp - Johan BEN AZZOUZ

La cigarette électronique peut-elle être une solution pour arrêter de fumer ? C'est pour répondre à cette question, que l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris lance l’étude ECSMOKE afin d’évaluer et comparer l’efficacité des cigarettes électroniques par rapport à un médicament, la varénicline, dans l’arrêt du tabac. L’objectif est d’inclure dans l’étude un minimum de 650 personnes fumant au moins 10 cigarettes par jour, âgées de 18 à 70 ans et souhaitant arrêter de fumer. 

L'étude lancée en octobre dernier a déjà inclus plus de 130 personnes, mails il en manque encore plus de 500 pour réaliser cette étude coordonnée par l’hôpital Pitié-Salpétrière à Paris. Une étude "très réglementée" assure le professeur Berlin à l'origine du projet qui reçoit les volontaires à la cellule investigation clinique de la Pitié-Salpétrière.

"Il me manquait un coup de pied aux fesses"

Un des participant affirme avoir arrêté de fumer avec beaucoup de "facilité". Âgé de 60 ans, il a fumé pendant 40 ans 15 cigarettes par jour et a déjà tenté d'arrêter de fumer à plusieurs reprises sans succès. "Il me manquait un coup de pied aux fesses, cette fois je suis vraiment motivé". L'une de ses motivations, c'est de ne pas décevoir le professeur Berlin qui le reçoit toutes les deux ou trois semaines. "Je veux pouvoir lui dire en face, je n'ai pas fumé, et dès que je sens que je vais craquer je pense au docteur et l'envie passe." Ce participant en est à 47 jours sans fumer, prochain objectif tenir trois mois. Son but final : pouvoir se passer de la cigarette électronique au bout de six mois, à l'issue de son suivi.

1,7 million de vapoteurs en France

Les volontaires pourront se rendre dans un des 11 centres hospitaliers ou dans le dispensaire partenaires répartis dans 12 villes en France -Angers, Caen, Clamart, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lille, Lyon, Nancy, Nîmes, Paris, Poitiers, Villejuif. Les participants seront suivis durant 6 mois après l’arrêt du tabac. Les résultats de cette première étude sont attendus environ quatre ans après le démarrage des inclusions. Ils pourraient aider à déterminer si la cigarette électronique peut figurer parmi les dispositifs approuvés comme aide au sevrage tabagique.

En France, on estime à environ 1,7 million le nombre d’utilisateurs quotidiens de produits du vapotage (cigarette électronique – données 2016) mais les connaissances exactes et détaillées concernant l’efficacité de ces produits et le risque associé à leur utilisation manquent afin de proposer la cigarette électronique comme aide au sevrage tabagique. 

Cette étude de plus d'un million d'euros est financée par l'Etat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu