Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

L'application Bon Samaritain disponible en Vaucluse

Par

En cas d'arrêt cardiaque, les services d'urgence peuvent alerter des bénévoles "Bon Samaritain" connectés, proches de la victime, et le bénévole peut alors prodiguer les premiers gestes de secours en attendant l'arrivée des pompiers.

Défibrillateur (illustration)
Défibrillateur (illustration) © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Pour devenir "Bon Samaritain", il n'est pas nécessaire d'être formé aux premiers secours, il faut seulement avoir envie d'aider. En allant chercher le défibrillateur le plus proche par exemple. En revanche, il faut s'inscrire via l'application gratuite "Staying alive ".

Publicité
Logo France Bleu

La convention entre le Bon Samaritain et le SDIS 84 a été signée le 25 juin à Avignon

Grace à cette application les services d'urgence peuvent localiser et alerter les bons Samaritains. Ils peuvent les guider vers la personne victime d'une crise cardiaque, ils peuvent aussi lui indiquer les bons gestes, ceux qui permettent d'attendre l'arrivée des médecins.

Le Bon Samaritain a été créée avec les pompiers de Paris en 2007

Quand on est terrassé par une crise cardiaque, si les premiers soins sont prodigués dans les quatre minutes, le pronostic vital est largement amélioré. Le temps d'intervention des secours officiels est en moyenne de 10 minutes, d'où l'intérêt de l'alerte Bon Samaritain.

On recense aujourd'hui 53.000 "Bons Samaritains" dans 33 départements. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu